Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 7Paru le mardi 1 mai 2007 à 00h00

Appartements pour chercheurs à Orsay (91)


Dans un cadre verdoyant et au coeur de la « vallée de la Science », cette ville de l'Essonne profite des retombées de son environnement. Et les prix de l'immobilier suivent...

Au coude-à-coude avec Gif-sur-Yvette, Orsay est la deuxième commune la plus chère de l'Essonne, derrière Verrières-le-Buisson*. Rien de surprenant au vu des nombreux atouts de cette petite ville de 16 000 habitants.

Desservie par un excellent réseau routier et autoroutier et reliée au coeur de Paris en trente-cinq minutes grâce à deux stations du RER B, Orsay profite largement du dynamisme de son environnement, qui a donné aux alentours le surnom de « vallée de la Science ». De Gif-sur-Yvette à Palaiseau en passant par Saclay et Jouy-en-Josas, on recense pas moins de onze organismes de recherche publique (dont le Commissariat à l'énergie atomique et le Centre national de recherche scientifique) et privée (Motorola, Danone...), ainsi que dix établissements d'enseignement supérieur (parmi lesquels HEC, Supélec et la faculté de sciences d'Orsay). Sans oublier la zone d'activité de Courtaboeuf qui regroupe plus de mille entreprises high-tech et de services.

Une zone attrayante qui laisse aujourd'hui peu de place aux primo-accédants. Ces cinq dernières années, les prix de l'immobilier à Orsay ont augmenté en moyenne de plus de 15 % par an, selon un notaire de la région. Pour un appartement de deux ou trois pièces, il faut désormais compter autour de 3 300 euros le mètre carré.

Cependant, les professionnels notent une stabilisation des prix : « La demande diminue pour les biens excentrés, éloignés du RER, et les délais de vente s'allongent », observe Stéphane Lazzerini, directeur de l'agence Century 21 d'Orsay. « Les stocks ont tendance à augmenter, confirme Pascal Lacam, de l'agence Centrale. Malgré cela, l'offre demeure insuffisante. »

L'effet RER

Les appartements du centre, aux alentours de la station de RER Orsay-Ville, ont toujours la cote. On y trouve quelques belles résidences des années 1990 avec ascenseurs très appréciées. Une situation idéale associée à des prestations de qualité qui se paient à des prix parfois astronomiques. Un deux-pièces de 40 m2, avec cave et parking, a trouvé preneur à 218 000 euros ! Dans la résidence de l'Esplanade, un trois-pièces peu lumineux, situé au rez-de-chaussée et à rafraîchir, a changé de mains pour 3 800 euros le mètre carré. Les prix des immeubles trentenaires, même de bon standing, apparaissent plus raisonnables : non loin du centre-ville, un trois-pièces de 68 m2 a ainsi été cédé pour 215 000 euros.

De l'autre côté de l'Yvette, le quartier du Guichet attire également les acquéreurs. Bien qu'un peu excentré, il dispose de sa propre station de RER. Un couple parachuté dans la région pour raisons professionnelles y a récemmement fait l'acquisition d'un deux-pièces de 37 m2, en très bon état, avec emplacement extérieur de parking, pour 160 000 euros.

Moins accessible en transports en commun, le quartier pavillonnaire de Mondétour a vu sa cote souffrir de sa proximité avec Les Ulis. La réticence des acheteurs devrait se dissiper grâce aux 114 millions d'euros qui vont être consacrés au renouveau de la ville. Au programme : réhabilitation de quelques résidences, destruction de bâtiments et construction de nouveaux logements

* Source : notaires Ile-de-France, second semestre 2006.

Muriel Breiman

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...