Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 16Paru le mardi 1 avril 2008 à 00h00

Auch (32) Un trop-plein de neuf


Dans le cadre de programmes de défiscalisation, les promoteurs immobiliers ont construit plus de 500 logements en quatre ans. Bien plus que le marché ne pouvait en absorber.

Avec tout au plus 22 000 habitants, rien ne prédisposait Auch à devenir une cible des promoteurs immobiliers. Ils ont pourtant investi en masse dans la préfecture du département du Gers. « C'était il y a environ quatre ans. A l'époque, le marché se trouvait sur une pente ascendante, comme c'était le cas partout ailleurs en France. Il était essentiellement tiré par une clientèle extérieure venue à la fois de l'étranger et d'autres régions de France », assure Marc Ledoux, directeur de l'agence auscitaine Orpi Immobilier. Plusieurs centaines de logements ont ainsi été construits à Auch. Sans doute un demi-millier, si l'on en croit les professionnels locaux. Résultat : le nombre des appartements à la location dépasse largement les besoins de la commune. « Les promoteurs ont créé des programmes d'immobilier locatif sans s'assurer qu'il y avait un potentiel suffisant sur la ville », explique Me Elisabeth Cambon, notaire. Ainsi, « beaucoup de biens restent désespérément vides », se désole Stéphane Mondolot, directeur de Solvimo. A tel point que les panneaux « A louer » émaillent bon nombre de façades des immeubles récents.

Circonstance aggravante, les logements nouvellement construits ne répondent pas nécessairement à la demande. « Ils sont pour la plupart situés à la périphérie, loin de la ville haute, le quartier le plus prisé de la cité », signale le professionnel. « Sans compter que les montages financiers ont été bâtis sur des prévisions de loyers qui, pour Auch, sont extravagantes », précise la notaire.

Pour ne rien arranger, les élus locaux aidés par le conseil général ont récemment lancé un vaste plan de réhabilitation du centre-ville qui risque, lui aussi, de peser sur l'offre locative. Ils viennent en effet de créer une société d'économie mixte dont la vocation est de préempter les immeubles faisant l'objet d'une déclaration d'utilité publique (DUP) afin de les restaurer puis d'en faire des logements sociaux qui se retrouveront prochainement sur le marché locatif.

Propriétaires désabusés

Ainsi, beaucoup de malheureux propriétaires bailleurs se retrouvent aujourd'hui avec un appartement vide sur les bras. Certains cherchent des solutions pour s'en sortir. Ils n'ont souvent d'autre choix que de baisser les loyers pour espérer trouver plus facilement un locataire ou tout simplement de revendre. « Il arrive que, faute de locataires réguliers, certains bailleurs finissent par se débarrasser de leur bien en dépit des conséquences financières qui en résultent », note Me Cambon. C'est le cas de ce couple de Parisiens qui, alléché par la proposition d'un promoteur toulousain, a acheté il y a un an pour 2 400 euros le mètre carré un deux-pièces de 60 m² dans une belle résidence à proximité de la route de Toulouse. N'arrivant pas à le louer, ils cherchent à s'en séparer. « Mais ils devraient trouver preneur autour de 1 900 euros le mètre carré », estime leur agent immobilier.

La surabondance de biens pourrait néanmoins être résorbée d'ici quelques années. Une route à 2 x 2 voies reliant Auch à Toulouse devrait voir le jour si les crédits finissent par être débloqués. Elle permettra de relier les deux villes en moins de quarante minutes, contre plus d'une heure aujourd'hui. Une commodité qui, selon les professionnels, devrait attirer sur Auch des Toulousains séduits par la qualité de la vie dans le Gers

Frank Audonnet

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...