Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmercredi 24 avril 2013 à 13h27

Agent immobilier : Preuve de la réalisation de la condition suspensive et devoir d'information


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

L'agent immobilier ne peut prétendre au paiement de sa commission dès lors qu'il ne prouve pas que l'acquéreur qui s'est désisté a empêché la réalisation de la condition suspensive d'obtention d'un prêt prévue au compromis de vente

De plus, l'agent immobilier qui omet d'informer le tiers acquéreur de l'existence d'un élément défavorable du bien qu'il se propose d'acquérir commet une faute engageant sa responsabilité délictuelle.

L'agent immobilier ne peut prétendre au paiement de sa commission dès lors qu'il ne prouve pas que l'acquéreur qui s'est désisté a empêché la réalisation de la condition suspensive d'obtention d'un prêt prévue au compromis de vente. La seule circonstance qu'il a reçu une télécopie contenant une offre de prêt l'avant veille de la date limite ne permet pas d'établir que les clients ont reçu l'offre dans les délais.

Si l'agent immobilier est tenu d'un devoir de conseil, ce dernier ne porte pas sur les caractéristiques du prêt à solliciter qui relèvent de la seule compétence du banquier.

Les acquéreurs ne peuvent donc lui reprocher un manquement à ce titre. En revanche, tenu d'une obligation de renseignement, il lui incombait d'informer les acquéreurs de la réalisation des travaux de réhabilitation totale de l'immeuble, survenus depuis moins de 10 ans et non couverts par une assurance dommages-ouvrage, mentionnés dans le titre de propriété des vendeurs.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Faute d'information sur les risques résultant de travaux non garantis, les acquéreurs ont perdu une chance de ne pas contracter.

Compte tenu du rejet des prétentions de l'agent immobilier, leur préjudice est cependant réduit et se limite aux tracas de la procédure. Il leur est ainsi alloué 2 000 euros de dommages et intérêts à ce dernier titre.

Cour d'appel d'Angers, Chambre civile A, 19 Mars 2013 n°11/02101

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 24/04/2013 à 18:16 par antoine

    cest bien compliqué tout ça et bien source a ennui, mon bien cher maitre!

    la meileure des choses a faire, en ce moment, cest d'admirer la chute des prix avec du pop corn!

    ahahahhahahhahahhahahhaha


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...