Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsjeudi 7 février 2013 à 13h32

Bail commercial : Bail précaire sur bail précaire vaut... bail commercial


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

La Cour d'appel de Paris rappelle à juste titre que lorsque deux baux précaires se succèdent sans véritable restitution des lieux pour une durée supérieure à 24 mois, il en résulte un bail soumis au statut des baux commerciaux d'une durée de 9 ans.

Il convient de rappeler que le statut des baux commerciaux est un statut d'ordre public de protection auquel on ne peut renoncer qu'une fois qu'on a bénéficié de son application et non avant.

En application del' article L. 145-5 du Code de commerce , dans sa rédaction en vigueur jusqu'au 6 août 2008, si à l'expiration du premier bail dérogatoire le preneur reste et est laissé en possession ou en cas de conclusion, entre les mêmes parties, d'un nouveau bail pour le même local, il s'opère un nouveau bail soumis au statut des baux commerciaux.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

En l'espèce, un premier bail dérogatoire a été conclu avec une société ; la veille de l'expiration de ce premier bail, un second bail dérogatoire a été conclu avec une société du même groupe ayant le même dirigeant. Le même fonds de commerce a été exploité dans les lieux, qui n'ont d'ailleurs pas été restitués entre les deux baux.

L'ensemble de ces éléments démontre la continuité d'une exploitation et le fait que le premier locataire est resté en possession des lieux grâce à la conclusion, avec la société du même groupe qui s'est formellement interposée, d'un nouveau bail dérogatoire ce qui caractérise la fraude et la volonté délibérée du bailleur de faire échec à l'application du statut des baux commerciaux.

Le premier locataire bénéficie donc d'un bail de 9 ans à compter de l'expiration du premier bail dérogatoire.

Cependant, les locaux ont été volontairement libérés en cours d'instance, de sorte que la demande de paiement d'une indemnité d'éviction doit être rejetée. Par ailleurs, aucune demande de dommages et intérêts n'a été formée contre le bailleur.

Cour d'appel Paris, Pôle 5, chambre 3, 23 Janvier 2013 n° 11/00925

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...