Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmercredi 3 avril 2013 à 09h02

Bail commercial : Congé pour démolir et reconstruire


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Même en présence de stipulation contractuelle contraire dans le bail initial, le propriétaire a toujours la faculté de délivrer congé pour démolir et reconstruire avec indemnité d'éviction au preneur. Toute clause contraire est nulle et de nulles effets.

Le bail commercial a été conclu pour 12 ans et le bailleur a pris l'engagement de renouveler le bail à deux reprises, pour des périodes de neuf ans, en cas de demande de renouvellement par le locataire.

Or, à l'issue de la troisième période triennale du bail initial, le bailleur a délivré congé pour démolir et reconstruire les locaux. C'est en vain que le locataire soutient que ce congé est nul en invoquant les stipulations contractuelles sur la durée du bail. En effet, en vertu du 3ème alinéa de l' article L. 145-4 du Code de commerce , le bailleur a la faculté de donner congé à l'expiration d'une période triennale, afin de construire, de reconstruire ou de surélever l'immeuble existant.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Cette disposition relève des règles d'ordre public du statut des baux commerciaux dès lors que l'article L. 145-15 du Code de commerce dit nuls et de nul effet toutes clauses, stipulations et arrangements qui ont pour effet d'y faire échec. Par ailleurs, il est de principe que le bailleur est présumé sincère lorsqu'il donne congé avec offre d'une indemnité d'éviction pour reconstruire l'immeuble existant ; la charge de la preuve contraire et d'un détournement des dispositions légales pèse sur le locataire. En l'espèce, cette preuve n'est pas apportée. Le congé est donc valable.

Cour d'appel de Paris, Pôle 5, chambre 3, 6 Mars 2013 N° 10/15564

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...