Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertslundi 13 mai 2013 à 09h24

Bail commercial : Destruction de la chose louée et indemnisation de l'assurance


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

En cas de destruction de la chose louée et de résiliation du bail commercial en raison de l'impossibilité de reconstruction de l'immeuble dans lequel était exploité son fonds de commerce, l'assurée doit solliciter de l'assureur dans le délai de deux ans du sinistre une indemnité complémentaire en raison de la perte d'exploitation et de valeur vénale du fonds.

Les polices d'assurance relevant des branches 1 à 17 de l' article R. 321-1 du Code des assurances doivent rappeler les dispositions des titres Ier et II, du livre Ier de la partie législative du Code des assurances concernant la prescription des actions dérivant du contrat d'assurance.

Il en résulte que l'assureur est tenu de rappeler dans le contrat d'assurance, sous peine d'inopposabilité à l'assuré du délai de prescription édicté par l' article L. 114-1 du Code des assurances , les causes d'interruption de la prescription biennale prévues à l' article L. 114-2 du Code des assurances .

En l'espèce, le fonds de commerce de boulangerie exploité par l'assurée a subi successivement deux incendies. L'assureur de ce fonds a réglé à l'assurée des sommes relatives à ces sinistres.

A la suite de la résiliation du bail commercial en raison de l'impossibilité de reconstruction de l'immeuble dans lequel était exploité son fonds de commerce, l'assurée a sollicité de l'assureur une indemnité complémentaire en raison de la perte d'exploitation et de valeur vénale du fonds. L'assurée a assigné l'assureur en paiement de cette indemnité complémentaire.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

C'est en violation de l' article R. 112-1 du Code des assurances que la cour d'appel a confirmé le jugement en ce qu'il a déclaré irrecevables comme prescrites les demandes formées par l'assurée.

En effet, il résulte de ses constatations que le contrat ne précisait pas les causes ordinaires d'interruption de la prescription. La cour d'appel a notamment retenu que le contrat d'assurance énonce clairement la cause ordinaire d'interruption de la prescription biennale résultant de la désignation d'expert à la suite d'un sinistre, en sorte que l'assurée ne peut soutenir que le délai biennal ne lui serait pas opposable en raison d'une lacune de la police à cet égard.

Gabriel Neu-Janicki
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 22/05/2014 à 20:39 par Lisa Gortler

    Très bien écrit ! Merci pour ces infos sur le bail commercial. Est-ce qu'il y a des types d'assurances qui peuvent aider à payer le bail commercial ?

    http://pechabot.com/index .php/services-financiers- assurance-particuliers-en treprises/


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...