Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertslundi 16 juillet 2012 à 13h55

Bail commercial : Prescription biennale de saisine du juge des loyers commerciaux


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Le juge des loyers commerciaux doit, à peine de forclusion, être saisi en fixation du loyer du bail renouvelé dans le délai de deux ans à compter de la date pour laquelle le congé a été donné.

Les bailleurs ont délivré le 16 novembre 2006 un congé avec offre de renouvellement pour le 31 mai 2007 moyennant un loyer fixé à la valeur locative ; par lettre du 28 novembre 2006, le locataire a accepté le renouvellement mais a refusé le loyer proposé.

Le 6 avril 2009, les bailleurs ont notifié au locataire un mémoire en fixation du loyer puis ont saisi le juge des loyers commerciaux par acte des 19 et 20 août 2009.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Pour dire l'action prescrite et le bail renouvelé aux conditions antérieures, l'arrêt retient que le juge des loyers commerciaux doit, à peine de forclusion, être saisi en fixation du loyer du bail renouvelé dans le délai de deux ans à compter de la date pour laquelle le congé a été donné, que les bailleurs ont délivré congé pour le 31 mai 2007 et n'ont saisi le juge des loyers commerciaux en fixation du loyer du bail renouvelé que par assignation des 19 et 20 août 2009, que c'est dès lors à bon droit que le premier juge a dit leur demande irrecevable et a dit que le bail s'était trouvé renouvelé aux charges et conditions antérieures.

En statuant ainsi, sans rechercher, comme il le lui était demandé, si la prescription n'avait pas été interrompue par la notification de leur mémoire intervenue le 6 avril 2009, la cour d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision au regard de l' article L. 145-60 du Code de commerce.

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...