Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsjeudi 4 avril 2013 à 16h35

Bail commercial : Résiliation du bail et sort du dépôt de garantie


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Certains pourraient s'interroger sur la validité d'une clause prévoyant qu'en cas de résiliation du bail le dépôt de garantie reste acquis au bailleur à titre d'indemnité. Voici une jurisprudence qui devrait les rassurer.

Le bail stipulaient qu'en cas de résiliation par la faute du preneur, le pas de porte et le dépôt de garantie resteraient acquis au propriétaire à titre de clause pénale.

Le bail a bien été résilié par la faute du preneur qui a cessé de régler les loyers. Il importe peu que les parties se soient accordées pour une résiliation amiable. La cause de la résiliation était bien l'inexécution par le locataire de ses obligations.

Le bailleur est donc autorisé à conserver le pas de porte et le dépôt de garantie à titre d'indemnisation du préjudice causé par la résiliation du bail.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Aucun excès manifeste n'est caractérisé, le locataire ayant laissé les lieux encombrés pendant assez longtemps, en sorte que le propriétaire a nécessairement perdu les revenus qu'il pouvait attendre de la location de son bien pendant cette période. Sera ordonnée la compensation de la créance due au preneur avec les créances du propriétaire au titre de l'arriéré locatif.

Par ailleurs, cet arrêt rappelle que les travaux de mise aux normes de l'installation électrique d'un local loué à usage commercial incombent au propriétaire au titre de son obligation de délivrance dont il ne peut pas contractuellement s'exonérer. Par conséquent, le coût de ces travaux doit être remboursé au preneur qui les a assumés.

Cour d'appel de Colmar, Chambre civile 1, section A, 13 Mars 2013 n° 11/06069

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...