Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmardi 19 octobre 2010 à 16h58

Bail commercial : Résiliation sur résiliation ne vaut...


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Un bail dont la résiliation est acquise ne peut être à nouveau résilié. Le preneur dont le bail est résilié n'est plus tenu au paiement de loyers postérieurement à la résiliation.

Après avoir reçu un commandement de payer (en avril 2006), un preneur à bail commercial est condamné, en référé, à quitter les lieux, à la suite de l'acquisition de la clause résolutoire contenue dans le contrat. Postérieurement à son expulsion, qui intervient en avril 2007, l'ordonnance est infirmée. Une nouvelle procédure est alors initiée par le bailleur, qui après avoir délivré un nouveau commandement de payer (en juillet 2007), demande au juge du fond qu'il constate l'acquisition de la clause résolutoire.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

De son côté, ainsi que cela ressort du moyen au pourvoi (p. 4), le preneur demande à réintégrer les lieux. Celle-ci est refusée par les juges du fond, lesquels constatent l'acquisition de la clause résolutoire, tant un mois après le commandement de payer d'avril 2006, qu'un mois après celui de juillet 2007, condamnant le preneur à payer une certaine somme au titre des loyers dus jusqu'à son expulsion.

Cette décision est censurée par le juge du droit, qui précise, d'une part, qu'un bail dont la résiliation est acquise ne peut être à nouveau résilié et, d'autre part, que le preneur dont le bail est résilié n'est plus tenu au paiement de loyers postérieurement à la résiliation.

La Cour de Cassation ne le dit pas mais la cour d'appel aurait du condamner non ua paiement des arriérés de loyers mais au paiement des sommes réclamées qualifiée d'indemnité d'occupation.

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...