Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmercredi 20 mars 2013 à 16h37

Bail d'habitation : Et si un incendiaire pouvait rester vivre dans l'immeuble...


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Cette jurisprudence est citée pour informer les bailleurs qu'il convient d'agir vite en résiliation du bail lorsque des occupants commettent des infractions pénales dans l'enceinte de l'immeuble.

La Cour d'appel de Douai a infirmé avec raison la décision rendue par le tribunal d'instance de Douai, qui n'avait pas prononcé la résiliation du bail alors qu'un locataire avait mis le feu à un matelas.

En effet, la Cour d'appel a considéré qu'il convient de prononcer la résiliation du bail pour trouble de jouissance causé par le locataire reconnu pénalement responsable pour avoir volontairement mis le feu à un sommier placé à l'entrée des escaliers du hall de l'immeuble dans lequel il habite.

Le danger du comportement du locataire vivant dans une tour qui abrite de nombreux occupants est à l'origine de dégâts matériels importants et de l'intoxication légère de quatre personnes dont deux enfants.

Les témoignages des autres locataires versés aux débats traduisent la persistance de leur crainte d'un nouveau passage à l'acte et un fort sentiment d'insécurité.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

La gravité des faits commis est telle que la résiliation du bail est justifiée même si le bailleur a mis six mois pour engager la procédure en résiliation du bail dès lors que l'action n'est pas prescrite.

Dans ce type de situation ou en cas d'infraction pénale du locataire, le bailleur doit demander l'autorisation d'assigner à jour fixe au fond afin que le litige soit rapidement tranché et non pas assigner dans une procédure classique au fond qui peut durer plusieurs années.

Cour d'appel de Douai, Chambre 3, 14 Février 2013 n° 188/13, 12/02828

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...