Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertslundi 25 juillet 2011 à 09h39

Bail d'habitation : Les formalités d'expulsion, pas toujours indispensables


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Dès lors que le locataire dont l'expulsion est poursuivie ne réside pas dans le local d'habitation accessoire aux locaux à usage professionnel, l'huissier de justice n'a pas à procéder aux formalités informatives prévues par l'article 197 du décret du 31 juillet 1992.

Dès lors que le locataire dont l'expulsion est poursuivie ne réside pas dans le local d'habitation accessoire aux locaux à usage professionnel, l'huissier de justice n'a pas à procéder aux formalités informatives prévues par l'article 197 du décret du 31 juillet 1992.

Le commandement d'avoir à libérer les lieux doit être dénoncé au préfet du département lorsqu'il s'agit d'expulser une personne d'un local à usage d'habitation.

L'article 197 du décret n° 92-755 du 31 juillet 1992 précise alors que « l'huissier de justice envoie au préfet du département du lieu de situation de l'immeuble, par lettre recommandée avec demande d'avis de réception, copie du commandement d'avoir à libérer les locaux. Dans toute la mesure du possible, il communique tous renseignements relatifs à l'occupant dont l'expulsion est poursuivie ainsi qu'aux personnes vivant habituellement avec lui ».

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Cette formalité informative ne s'impose qu'en cas d'expulsion d'une personne de son habitation principale, et non d'expulsion d'un local à usage professionnel sans aucun local d'habitation accessoire (Civ. 2e, 20 janv. 2005, n° 03-13.138, Bull. civ. II, n° 18).

En visant le « local d'habitation accessoire », la Cour de cassation fait naturellement référence aux locaux à usage mixte : commercial et d'habitation.

Restait à savoir si l'obligation, et spécialement celle relative aux renseignements à donner sur les occupants, s'impose dans tous les cas où les locaux ont été donnés à bail mixte ou s'il convient de faire prévaloir la réalité sur l'affectation contractuelle des lieux.

Le locataire qui, dans les faits, n'occupe pas le local à usage d'habitation peut-il se prévaloir du non-respect de l'article 197 du décret ? La Cour de cassation répond ici par la négative.

Les locataires doivent effectivement résider dans les lieux. Si tel n'est pas le cas « l'huissier de justice [n'a] pas à procéder aux formalités prévues par l'article 197 du décret du 31 juillet 1992 ». Tout simplement parce que le locataire n'a pas à se reloger.

Cour de Cassation, 2ème Chambre Civile, 23 juin 2011 n° 10-18551

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 25/07/2011 à 17:42 par T. Delpierre

    Merci monsieur Neu Janicki ! Vos avis sont remarquables !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...