Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmercredi 20 mars 2013 à 09h10

Bail d'habitation : Que faire si la clause résolutoire prévoit un délai d'un mois pour l'apurement de la dette du locataire ?


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Cette question est récurrente dans certains baux qui sont antérieurs à la loi du 06 juillet 1989 ou dont les dispositions sont erronées et prévoit qu'un mois après un commandement de payer demeuré infructueux le bail sera résilié de plein droit. Dans cette hypothèse, la réponse est simple, la clause demeure valide et applicable mais sous réserve de respecter le délai de deux mois qui est d'ordre public.

En l'espèce, le bail qui liait les parties comporte une clause résolutoire de plein droit mais lui donne effet un mois après la délivrance d'un commandement de payer.

Ce délai d'un mois, qui était certes prévu par loi du 22 juin 1982 abrogée, est désormais contraire aux dispositions d'ordre public de la loi du 6 juillet 1989 .

En conséquence, ce délai contractuel d'un mois doit être réputé non écrit.

En effet, la loi du 6 juillet 1989 ne prévoit pas la nullité de la clause résolutoire qui prévoit un autre délai mais fixe un délai impératif.

Il convient donc de faire application des termes impératifs de la loi et d'appliquer le délai de deux mois, auquel les parties ne pouvaient valablement déroger.

D'ailleurs, le commandement de payer délivré le 10 février 2009 rappelle les dispositions de l' article 24 de la loi du 6 juillet 1989 et son délai de deux mois.

L'arriéré locatif n'ayant pas été réglé dans ce délai, il convient de constater l'acquisition de la clause résolutoire.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Cette décision mérite approbation et a le mérite de solutionner une problématique qui se pose régulièrement en la matière et notamment un délai inférieur au délai légale pour l'application de la clause résolutoire.

Cour d'appel de Paris, Pôle 4, chambre 4, 29 Janvier 2013 n° 11/19127

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...