Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmercredi 13 avril 2011 à 08h42

Baux commerciaux : Le moment de l'exercice du droit d'option


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

L'une des parties peut exercer son droit d'option avant la saisine du juge en fixation du montant du loyer.

Le locataire d'un bail commercial avait, conformément à l'article L. 145-10 du code de commerce, formulé une demande de renouvellement. Dans les trois mois impartis par le texte, le destinataire de la demande devait refuser le renouvellement, en dépit du fait qu'il avait cédé la propriété des locaux à son fils. Le locataire a alors tenté de faire juger que le refus de renouvellement était nul et que, par voie de conséquence, le bail s'était trouvé renouvelé. Il a été entendu sur le premier point, tant par les juges du fond que par le juge du droit, mais pas sur le second, la haute cour rendant un arrêt de cassation partielle (sur le second moyen).

Sur la nullité du refus de renouvellement

Afin d'échapper à cette sanction, le nouveau-bailleur a soutenu que la nullité d'un acte d'huissier de justice, acte de procédure, était - par son intervention dans la limite de la prescription biennale - susceptible de régularisation en cours d'instance.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

La cour est demeurée imperméable à cette argumentation : seule une intervention du propriétaire des murs dans le délai préfix de trois mois prévu au texte aurait pu couvrir la nullité affectant l'acte d'huissier.

Sur le renouvellement du bail

De cette précédente constatation, en déduire que de la nullité du refus du renouvellement est le renouvellement du bail était une voie juridiquement trop rapide.

Il convient de rappeler qu'aux termes du quatrième alinéa de l'article L. 145-10 du code de commerce, en cas de non-réponse dans le délai imparti, le bailleur est réputé n'avoir accepté que le principe du renouvellement du bail précédent. Partant, le bailleur pourra, le cas échéant, discuter les modalités du renouvellement.

De la même manière, rien ne lui interdit d'exercer le droit d'option qu'il tient de l'article L. 145-57 du code de commerce, lui permettant, finalement, de refuser le renouvellement du bail (en prenant à sa charge « tous les frais ») et de payer l'indemnité d'éviction).

C'est cette faculté que le bailleur a, en l'espèce, exercée.

Au grand dam du preneur qui a soutenu, avec succès devant les juges du fond, que ce droit n'est ouvert qu'après une décision relative à la fixation du loyer du bail renouvelé ou, éventuellement, au cours d'une telle instance. Or, en l'occurrence, aucune instance en fixation du prix du nouveau bail n'avait été engagée.

Cette solution est censurée par les hauts magistrats, qui appliquent une jurisprudence bien établie, selon laquelle, lorsque l'alinéa 2, de l'article L. 145-57 indique que le droit d'option doit être exercé « dans le délai d'un mois qui suit la signification de la décision définitive », il ne fait que définir une date ultime.

Ainsi, il n'est pas interdit à la partie désireuse d'opter, de le faire plus tôt, y compris à une époque où aucune action en fixation du prix du bail n'a encore été intentée (Civ. 3e, 15 févr. 1983, Bull. civ. III, n° 41 ; 2 déc. 1992, Bull. civ. III, n° 312 ; CA Paris 21 juin 2007, AJDI 2008. 290 ).

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 18/09/2011 à 14:34 par aurelie75

    Suite à cet article, se pose une question : un bailleur n'ayant pas répondu à une demande de renouvellement de bail peut il exercer son droit d'option sur les locataires?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...