Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmardi 1 mars 2011 à 18h03

Baux d'habitation : Délai pour demander la suspension de la clause résolutoire


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

La Cour de Cassation rappelle qu'aucun délai n'est imposé au preneur pour saisir le juge d'une demande de délais de paiement et de suspension des effets de la clause résolutoire.

Il résulte de l'article 24, alinéas 1 et 3, de la loi du 6 juillet 1989 : « toute clause prévoyant la résiliation de plein droit du contrat de location pour défaut de paiement du loyer ou des charges aux termes convenus ou pour non-versement du dépôt de garantie ne produit effet que deux mois après un commandement de payer demeuré infructueux ; le juge peut, même d'office, accorder des délais de paiement, dans les conditions prévues aux articles 1244-1 (premier alinéa) et 1244-2 du Code civil, au locataire en situation de régler sa dette locative ».

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

En l'espèce, les époux X, propriétaires d'un immeuble à usage d'habitation donné en location à Mme Y, ont délivré à celle-ci un commandement visant la clause résolutoire insérée au bail et l'ont assignée en référé aux fins de faire constater l'acquisition de cette clause ; la preneuse (locataire), en cause d'appel, a, reconventionnellement, sollicité des délais de paiement et la suspension des effets de la clause résolutoire.

Pour déclarer irrecevable cette demande reconventionnelle, l'arrêt de la cour d'appel a retenu que si Mme Y entendait obtenir la suspension des effets de la clause de résiliation, elle était tenue de saisir le juge d'une demande de délai dans les termes des articles 24 de la loi du 6 juillet 1989, 1244-1 et 1244-2 du Code civil, dans les deux mois qui avaient suivi la délivrance du commandement de payer, qu'à défaut le bail a ainsi été irrévocablement résilié à compter du 15 février 2009.

En statuant ainsi, alors qu'aucun délai n'est imposé au preneur pour saisir le juge d'une demande de délais de paiement et de suspension des effets de la clause résolutoire, la cour d'appel a violé l'article 24, alinéas 1 et 3, de la loi du 6 juillet 1989 précité.

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 07/03/2011 à 14:05 par dslred

    aujourdh'ui je me retrouve en tant que bailleur dans le debut d'une situation qui pourrait etre similaire : defaut de payement (2 mois) et defaut d'assurance du locataire (1 mois pour la resiliation). en plus le locataire ne repond à une demande et ne retire ni les Lettre RAR ni le commandement d'Huissier...

  • 0 Reco 07/03/2011 à 14:00 par dslred

    je suis vivement surpris de voir les tribunaux se substituer aux contrats privés signés entre particuliers et notamment en matiere de bail d'habitation..
    les locataires sont tellement protegés, qu'il ne sert a rien de signer un bail et peut etre meme pas un etat d'entrée dans les lieux....( caution reduite à 1 mois,et s'avere insufisante)....
    vive la république des juges....


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...