Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertslundi 11 avril 2011 à 18h10

Construction : L'exécution des travaux et délai raisonnable


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Nombreux sont ceux qui s'interrogent sur les délais d'exécution des travaux lorsqu'aucun délai n'a été prévu.

Dans ce cas, lorsque les devis de travaux ne mentionnent aucun délai d'exécution et qu'aucun planning n'a été fixé, l'entrepreneur est tenu d'une obligation de livrer les travaux dans un délai raisonnable.

La question du délai d'exécution des obligations est classique en matière contractuelle, celle du retard dans l'exécution ne l'est sans doute pas moins lorsque l'obligation de faire porte sur des travaux, qu'ils soient d'entretien du bien ou de construction. La décision présentée revient sur la délicate appréciation du retard dans l'exécution lorsqu'aucun délai n'a été contractuellement prévu par les parties.

Ainsi, dans le cadre d'un contrat d'entreprise portant sur des travaux de réfection de peinture de plusieurs appartements destinés à la location, un particulier a refusé de payer le solde dû au peintre avec lequel il avait contracté. Le propriétaire de l'ensemble immobilier s'appuyait sur le retard d'exécution des travaux pour échapper au paiement de la prestation et solliciter des dommages et intérêts au titre du préjudice subi.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

La Cour de cassation, au visa de l'article 1147 du code civil, casse l'arrêt rendu par la cour d'appel en en considérant qu'il convenait de rechercher si l'entrepreneur avait manqué à son obligation de livrer les travaux dans un délai raisonnable. Le cas échéant, il en résulterait qu'une mise en demeure restée infructueuse permettrait d'engager sa responsabilité.

En l'absence de stipulations particulières, c'est donc à l'application d'un délai raisonnable qu'il convient de faire référence pour faire droit ou non à l'ouverture d'une allocation de dommages et intérêts moratoires.

C'est la première fois, à noter connaissance, que la jurisprudence énonce cette solution dans une décision qui fait l'objet d'une publication au Bulletin et semble enfin reconnaitre le droit à indemnisation du donneur d'ordre en cas d'inexécution dans des délais raisonnable des travaux et ce même en l'absence de délai contractuellement précisé.

La Cour de Cassation ne s'est pas prononcé sur la perte de chance du bailleur de ne pouvoir louer ses locaux et qui d'après lui se montait à la somme de 50.000,00 euros. Ce sera à la Cour d'appel de renvoi de se pencher sur la question.

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 13/05/2013 à 15:03 par camille

    Bonjour,
    J'aimerai savoir quel est l'article de loi qui définit le délai raisonnable mentionné dans l'article ?
    Pouvez vous me répondre sur hope_saves@hotmail.com
    Merci


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...