Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertslundi 10 décembre 2012 à 12h09

Contester le droit au maintien dans les lieux pour occupation insuffisante


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

La Cour de Cassation rappelle que la contestation du droit au maintien dans les lieux pour occupation effective insuffisante ne requiert aucune forme particulière.

La Cour de cassation a rendu cet arrêt au visa des articles 10-2° et 4 de la loi du 1er septembre 1948.

Selon ces textes, n'ont pas droit au maintien dans les lieux les personnes qui n'ont pas occupé effectivement par elles-mêmes les locaux loués ou ne les ont pas fait occuper par les personnes qui vivaient habituellement avec elles et qui sont, soit membres de leur famille, soit à leur charge. L'occupation doit avoir duré huit mois au cours d'une année de location, à moins que la profession, la fonction de l'occupant ou tout autre motif légitime ne justifie une occupation d'une durée moindre.

En l'espèce, une société propriétaire d'un logement donné à bail à une locataire a délivré à celle-ci un congé visant les dispositions de l'article 4 de la loi du 1er septembre 1948 sans lui dénier son droit au maintien dans les lieux, et, plus tard, l'a assignée en déchéance de ce droit pour défaut d'occupation effective suffisante.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

La cour d'appel (CA Paris, 30 juin 2011) a cru pouvoir rejeter cette demande en retenant que : le droit au maintien dans les lieux naissant à l'expiration du bail, il appartient au bailleur qui entend le contester de délivrer au locataire un congé visant le motif invoqué avant de saisir la juridiction compétente d'une action en déchéance de ce droit ; si ce congé n'est soumis à aucune forme particulière, au contraire de celui exigé par le 7° de l'article 10 qui impose une signification, son envoi est indispensable pour contester utilement le droit au maintien dans les lieux, peu important qu'un congé sur le fondement de l'article 4 ait été ou non préalablement délivré.

La Cour de cassation casse cet arrêt pour violation des articles 10-2° et 4 de la loi du 1er septembre 1948. Le congé au visa de l'article 4 de la loi du 1er septembre 1948 met fin au bail et place le locataire sous le régime du maintien dans les lieux. La contestation du droit au maintien dans les lieux pour occupation effective insuffisante ne requiert aucune forme particulière. La cour d'appel a ajouté à la loi une condition que celle-ci ne comporte pas.

Cour de Cassation, 3ème Chambre Civile, 14 novembre 2012 n° 11-24778

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...