Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsvendredi 10 février 2012 à 10h30

Détenir ses biens directement ou opter pour une société soumise à l'IS ?


Jeremy Gimenez

Biographie Jeremy Gimenez est conseiller en gestion de patrimoine. Doté d’un master 2 en ingénierie du patrimoine, il a créé avec deux amis un site internet novateur de gestion de patrimoine 100% en ligne ! Parce qu’il considère qu’une bonne gestion patrimoniale doit être accessible à tous, il met à dispositio ...Lire la suite

Depuis la réforme des plus-values immobilières entrée en vigueur le 1er février 2012, il peut être judicieux de faire un point rapide sur la stratégie patrimoniale visant à loger ses biens immobiliers dans une société soumise à l’Impôt sur les Sociétés.

La nouvelle réforme des plus-values immobilières a accentué la pression fiscale issue de la vente de vos biens immobiliers. Autrefois exonérée totalement au bout de 15 ans, la plus-value l’est désormais au bout de 30 ans. Cet allongement de la durée de détention requise afin de s’exonérer totalement de l’impôt sur la plus-value nécessite donc pour nous, conseillers, de retravailler nos stratégies d’acquisitions immobilières. Les prélèvements sociaux dus sur la plus-value immobilière ont également augmenté, passant de 12,1% à 13,5%. L’imposition totale est donc à présent de 32,5% du montant de la plus-value.

Certains contribuables souhaitent contourner cet impôt en logeant leurs biens immobiliers dans une société soumise à l’impôt sur les sociétés. Mais est-ce vraiment pertinent ?

Les avantages de l’utilisation d’une société IS :

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Amortir une fraction du prix d’acquisition L’utilisation d’une société IS pour détenir vos biens immobiliers locatifs permet d’amortir chaque année la valeur de ces biens (on considère que l’amortissement se situe entre 2 et 4% par an). Cet amortissement va donc permettre de diminuer fortement le bénéfice imposable de la société (les loyers reçus sont diminués des fractions d’amortissement).

…permet de diminuer le bénéfice imposable La diminution du bénéfice imposable implique une double diminution de la taxation, car la loi prévoit un taux d’imposition réduit à 15% dès lors que le bénéfice imposable de la société n’excède pas 38 120€. Ce taux s’applique à la quasi-totalité des sociétés créées par des particuliers pour y loger leurs immeubles de rapport.

Une taxation légèrement inférieure au régime de l’impôt sur les plus-values immobilières des particuliers

Simple comparaison des taux :

Les plus-values professionnelles sont taxées au taux de 29,5% (PFL de 16% et prélèvements sociaux de 13,5%), quand les plus-values immobilières sont taxées à 32,5% (impôt de 19% et prélèvements sociaux de 13,5%).

Le bénéfice imposable une fois distribué est taxé à l’impôt sur le revenu du contribuable (hormis pour les contribuables à 40% de TMI qui auront intérêt à opter pour le PFL). Cette distribution de dividendes est donc taxée à l’impôt sur le revenu après un abattement de 40%, avec un abattement additionnel de 1 525€ pour un célibataire ou 3 050€ pour un couple.

Les inconvénients de l’utilisation d’une société IS :

Une base taxable nettement plus importante Les plus-values professionnelles sont déterminées ainsi : prix de vente – valeur comptable du bien. Cependant, vous avez réalisé des amortissements sur ce bien. La valeur comptable du bien diminue donc au fil des ans, augmentant réciproquement la plus-value potentiellement taxable, et donc l’impôt final…

Une plus-value taxée sans abattement Contrairement aux plus-values immobilières des particuliers, les plus-values professionnelles ne bénéficient pas d’abattement pour durée de détention. Donc, plus la période de conservation du bien sera importante, il sera avantageux d’opter pour le régime d’imposition des plus-values immobilières des particuliers. Cas particulier : vous souhaitez céder ou vous séparer de la totalité de votre société. Vous bénéficierez dans ce cas de certaines exonérations, sujet qui a déjà été grandement évoqué.

En conclusion, la réforme de la taxation des plus-values immobilières, même plus stricte, n’a pas fait perdre tout intérêt patrimonial à la détention en direct de ses biens immobiliers. Néanmoins, dans quelques cas particuliers l’utilisation d’une société soumise à l’IS peut se révéler patrimonialement efficient.

Jeremy Gimenez - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 13/02/2012 à 09:25 par JGimenez

    "PFL" signifie "Prélèvement Forfaitaire Libératoire".
    Dans le cadre des plus-values immobilières, il s'agit du prélèvement effectué sur le montant de la plus-value imposable.

    Pour les autres placements, il s'agit d'une option pour le contribuable concernant le paiement de l'impôt dû sur les revenus issus de ses placements. Ce prélèvement ne dépend pas des revenus du contribuable, et le taux est en général unique. Le contribuable peut choisir ce prélèvement ou intégrer les revenus issus de ses placements à l'impôt sur le revenu.

    Cdlt.

  • 0 Reco 11/02/2012 à 01:01 par orzel

    "PFL" n'est pas defnii... (?)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...