Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmercredi 8 juin 2016 à 15h12

Franche embellie pour le marché immobilier neuf


Didier Vitet

Biographie Didier Vitet est le créateur de la société Medicis Patrimoine. Depuis plus de 20 ans, il évolue dans le secteur de l'immobilier neuf. Afin d'aider les futurs acquéreurs, il a créé le site www.medicis-patrimoine.com pour rassembler l'offre de plus de 50 promoteurs nationaux et régionaux afin de facil ...Lire la suite

Prolongation du dispositif Pinel, PTZ élargi, taux de crédit au plancher... Tous les indicateurs de bonne santé du marché immobilier neuf sont au vert.

Après une année 2015 marquée par le retour des investisseurs, 2016 se place, depuis janvier, sous le signe de l’accession à la propriété. Les tendances amorcées en 2015 se prolongent elles aussi sur le premier trimestre 2016. Le gouvernement a en effet annoncé la prolongation du dispositif Pinel et la bonification du PTZ+. Les taux de crédit immobilier restent quant à eux au plancher. Tous les indicateurs de bonne santé du marché immobilier neuf sont donc au vert.

Les chiffres de la FPI

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a annoncé pour le premier trimestre 2016 des chiffres plus qu’encourageants. Sur une année, les ventes de logements neufs ont augmenté de 15%. Plus précisément, entre janvier et mars 2016, 30.800 biens neufs ont été écoulés. Et ces chiffres marquent une nouvelle tendance, celle du retour des primo-accédants, attendus depuis longtemps.

Les primo-accédants candidats à l’achat immobilier neuf

En une année, les ventes de logements neufs aux primo-accédants ont bondi de 20%. Pour le premier trimestre 2016, 13.329 logements neufs ont ainsi été achetés pour devenir des résidences principales. Ils représentent aujourd’hui 52% des ventes globales contre 48% pour la part des investisseurs. Il faut dire que le gouvernement a frappé fort en proposant une nouvelle version du PTZ+. Opération séduction, cette dernière affiche des conditions bonifiées, dont la possibilité de financer jusqu’à 40% de son bien immobilier neuf. Depuis le 1er janvier 2016, les candidats à la propriété sont donc de plus en plus nombreux, dynamisant les ventes de résidences principales.

Le dispositif Pinel a toujours la côte

Si les primo-accédants étaient LA catégorie d’acheteurs à séduire, les investisseurs ne sont pas en reste. Ils représentent aujourd’hui 48% des ventes globales, attirés par les avantages de la loi Pinel. Prolongé jusqu’en décembre 2017, le dispositif fiscal permet, pour rappel, de profiter d’une réduction d’impôts modulable de 12, 18 ou 21% selon une période de location observée de 6, 9 ou 12 ans. Il offre également la possibilité de louer à un ascendant ou à un descendant, mécanisme assoupli qui n’a pas manqué de susciter l’intérêt des investisseurs. Leur part est en hausse de presque 13% entre le premier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016.

Les taux d’intérêt portent le marché immobilier neuf

Aux côtés de ces deux dispositifs attractifs, les taux de crédits immobiliers sont eux aussi vecteurs de dynamisme pour le marché. 1,97% en moyenne en mars 2016, 1,81% en avril et 1,77% fin mai, selon l’observatoire Crédit Logement/CSA ; et ils pourraient encore baisser dans les semaines à venir. Des conditions qui permettent aux emprunteurs d’économiser des milliers d’euros sur le coût global de leur crédit.

Sans oublier la TVA réduite

Le PTZ+ et la loi Pinel ne sont pas les seuls mécanismes à révéler leur efficacité. La mise en place de la TVA réduite élargie dans les quartiers prioritaires des villes, a elle aussi suscité beaucoup d’intérêt. La TVA à 5,5% a fait bondir les ventes dans ces zones urbaines de 34,9% au premier trimestre 2016. Ces acquisitions représentent 8% des ventes aux propriétaires occupants.

Progression des mises en vente

À l’inverse de la tendance de ces derniers mois, les mises en ventes de logements neufs sont en hausse (+17,9% sur un an). Avec 26 812 mises en vente pour 25 591 achats et réservations, le stock de logements neufs promet d’être insuffisant dans les mois à venir. Une offre commerciale contractée qui pourrait entraîner, à moyen terme, une hausse des prix de l’immobilier neuf. Un mouvement haussier est d’ores et déjà observé à Nantes (+5,5% en un an), à Toulouse (+2,5% en un an) ou encore à Lyon (+1,2% sur un an). Autant d’agglomérations très demandées par les investisseurs comme par les primo-accédants. Affaire à suivre…

Didier Vitet
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...