Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmardi 29 avril 2014 à 18h03

L'indemnité d'éviction et le droit au bail


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Il est acquis qu’en l’espèce l’éviction entraîne la perte du fonds de commerce de supermarché s’agissant d’un commerce de proximité dont la clientèle est liée à l’emplacement et le bailleur n’ayant proposé aucun local de remplacement où la société locataire pourrait se réinstaller.

Dans le cadre de la détermination du montant de l’indemnité d’éviction et du refus du preneur de communiquer son chiffre d’affaire, celui-ci doit être déterminé en fonction de la valeur du droit au bail.

En effet, l’indemnité principale d’éviction est donc en principe égale à la valeur du fonds de commerce. Cependant, la société locataire s’est obstinément refusée de fournir à l’expert les éléments probants de son chiffre d’affaires.

En cet état, force est de s’en remettre à la valeur du droit au bail pour dégager l’indemnité principale d’éviction.

Cette valeur se calcule par la différence entre le montant de la valeur locative de marché (350 euros par mètre carré pondéré, soit 102 000 euros par an) et le loyer qui aurait été perçu si le bail avait été renouvelé (loyer déplafonné de 70 000 euros par an), cette différence étant elle-même affectée d’un coefficient multiplicateur au regard de l’intérêt des locaux pour l’activité exercée, coefficient fixé en l’espèce à 5,75 compte tenu du très bon emplacement des locaux.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

L’indemnité principale d’éviction est ainsi de 184 000 euros. En ajoutant les indemnités accessoires, dont le montant n’est pas contesté, l’indemnité d’éviction est de 202 000 euros.

Il est très étrange que le supermarché n’ait pas voulu communiqué son chiffre d’affaire. De plus, on peut même en venir à s’interroger sur cette absence de communication lorsque la loi impose aux sociétés de publier leurs comptes.

En effet, en telle matière, la justice ne devrait-elle pas imposer sous astreinte la communication des éléments du chiffre d’affaire si celui-ci ne sont pas publiés ?

Cour d’appel de Paris Pôle 5, chambre 3, 2 Avril 2014 n°12/12619

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 29/04/2014 à 18:29 par Olivier

    par exemple, estce qu'une donation de père en fils permet de rendre les terres agricoles a nouveau libres?

    Merci d'avance mon bien cher maitre!

  • 1 Reco 29/04/2014 à 18:29 par Olivier

    Mon bien cher maitre, Gabriel Neu-Janicki,

    Pourriez-vous nous faire un article, la prochaine fois, sur les baux ruraux. En effet, la loi Française est très dure et très peu claire concernant les possibilités de résiliations de baux ruraux et les baux ruraux, tres long (9 ans) sont renouvelés obligatoirement d'ou l'impossibilité de vendre....

    sauf en cas de faute grave du preneur. ou autres..

    Pourriez-vous nous expliquer comment vendre un bine rural et se "débarrasser" en toute légalité, d'un agriculteur s'occupant mal des terres ou ne voulant pas acheter au prix proposé par le vendeur.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...