Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsvendredi 4 juillet 2014 à 18h04

La demande de renouvellement doit être délivrée à l'usufruitier et au nu-propriétaire


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

L’usufruitier ne peut, sans le concours du nu-propriétaire, donner à bail un immeuble à usage commercial, industriel ou artisanal. Ainsi, une demande de renouvellement doit être adressée à l’usufruitier et au nu-propriétaire.

En l’espèce, le 8 juin 2009, la société locataire a notifié une demande de renouvellement à l’usufruitière qui lui a signifié, le 31 août 2009, qu’elle n’avait pas qualité pour accéder à la demande de renouvellement.

Le nu-propriétaire et l’usufruitière, après avoir délivré un congé avec offre de renouvellement le 8 septembre 2009, moyennant un loyer majoré, ont assigné la société locataire pour voir constater la nullité de la demande de renouvellement signifiée le 8 juin 2009.

Pour débouter le bailleur, devenu détenteur de la pleine propriété du bien, de ses demandes, l’arrêt retient que l’article L. 145-10 du Code de commerce permet de présenter une demande de renouvellement au gérant de l’immeuble et, en cas de pluralité de propriétaires, à un seul d’entre eux, qu’il n’y a pas d’identité nécessaire entre le destinataire de la demande de renouvellement et la personne qui peut consentir à ce renouvellement.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

En statuant ainsi, après avoir constaté que la demande de renouvellement du bail commercial avait eu pour unique destinataire l’usufruitière du bien qui n’avait pas le pouvoir d’acquiescer sans le concours du nu-propriétaire à une telle demande, la cour d’appel a violé l’article 595, alinéa 4, du Code civil, ensemble l’article L. 145-10 du Code de commerce.

Cour de cassation, 3ème Chambre civile, 21 Mai 2014 n° 13-16578

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...