Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsjeudi 22 janvier 2015 à 16h08

Le concept de "droit de vol" en Espagne


Julien Gondeau

Biographie Julien Gondeau est un professionnel du secteur immobilier depuis plus de 10 ans, il est le créateur de OuiFind qui propose un service immobilier sur mesure pour les francophones souhaitant acquérir un bien immobilier à Barcelone. Diplômé de l’Institut Supérieur du Commerce de Paris, il est inscrit ...Lire la suite

En 1998, le code civil espagnol s’est doté d’un nouveau cadre législatif qui permet aux copropriétaires de disposer du droit d’édification du toit de leur immeuble : le droit de vol (derecho de vuelo en version originale).

En Espagne, la plupart des immeubles anciens dans les grandes villes notamment disposent d’une terrasse à surface plane sur le toit de l’immeuble : Les immeubles dans le centre d’une ville comme Barcelone dispose en moyenne de 5 à 6 étages avec souvent la possibilité d’édifier un ou deux étages supplémentaires selon la largeur de la rue. Avec la crise certains promoteurs (comme La Casa por el Tejado à Barcelone) ont su diversifier leur activité et tirer profit d’un nouvel axe de croissance verticale en plein centre ville. Ces promoteurs, devenus davantage architectes dans les faits, négocient avec la copropriété la cession du droit de vol.

Le gain pour la copropriété est double : les promoteurs effectuent un versement d’une quantité d’argent actée avec la copropriété et réalisent également des travaux de rénovation de façade, de l’escalier ou éventuellement installent un ascenseur ainsi que divers services que, souvent, la copropriété repousse en raison de coûts difficiles à assumer, de nombreux immeubles ayant plus de 100 ans.

La nouveauté de ces dernières années réside dans le type de construction utilisé. Il s’agit de modules préfabriqués qui sont élevés au moyen de grue et assemblés directement sur le toit de l’immeuble ainsi surélevé.

La photo ci dessous illustre un exemple récent d’un appartement édifié sur le Paseo de San Juan à Barcelone :



Un autre avantage de ce procédé est la rapidité d’exécution des travaux, durant en moyenne entre 3 à 4 mois contre plus d’un an pour un projet classique avec ciment et briques. Le poids de ces modules préfabriqués facilite en effet la mise en place. Il s’agit d’appartements d'une superficie de 80 m2 en moyenne et ceux-ci disposent de bien meilleures performances énergétiques que les appartements anciens.

Si le procédé convainc, la mairie reste attentive à l’harmonie de la façade pour ne pas dénaturer le paysage urbain.

Julien Gondeau
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 27/01/2015 à 13:19 par el manici

    le droti de vol des agent immobilier existe aussi en France, ils plument les pigeons de clients !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...