Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertslundi 31 mai 2010 à 12h54

Les ascenseurs comme vecteurs de mieux être


Patrick Chappey

Biographie Patrick Chappey est entrepreneur dans l’immobilier depuis plus de 20 ans. Dans le cadre de la gestion de ses agences immobilières et Cabinets d’administration de biens, il s’est rendu compte qu’environ la moitié des propriétaires en France gérait eux-mêmes leur propriété immobilière pour des raisons ...Lire la suite

La simple observation de la manière dont les immeubles d’habitation sont aujourd’hui construits suffit à nous en convaincre : les escaliers ont disparu au profit de paliers entièrement dédiés aux ascenseurs.

Si la logique économique sous-jacente à cette évolution est facile à comprendre (« optimiser » les mètres carrés disponibles), il aura fallu attendre plusieurs décennies pour en mesurer ses effets sur les individus.

Premier effet : le lien social entre les habitants se perd car, faute de cage d’escalier, plus personne ne sait ce qui se passe aux autres étages que le sien. Second effet (plus inattendu et plus récent) : alors que les pouvoirs publics ne cessent de nous inciter à « bouger » au nom de notre santé, même ceux qui seraient tentés de prendre l’escalier pour s’assurer d'un effort ne le font plus. Remisé dans un coin de l’immeuble, l’escalier est désormais assimilé à un « escalier de secours ».

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Deux bonnes raisons pour que quelques architectes, animés par l’idée de modifier nos habitudes, se mettent à réfléchir sur la manière de lui redonner un rôle central. D’où l’immeuble de The Cooper Union réalisé par Thom Mayne : un « campus vertical » où l’ascenseur ne dessert que trois étages sur huit pour inciter les étudiants à faire de l’exercice. Ou encore celui imaginé par Renzo Piano et FX Fowle pour The New York Times où les bureaux, placés aux angles du bâtiment, sont plus facilement accessibles par l’escalier que par l’ascenseur.

Substituer partiellement l’escalier à l’ascenseur, c’est redonner le choix d’agir à ceux qui le désirent. N’est-ce pas aussi rappeler que l’architecture doit être au service de notre mieux-être ?

Patrick Chappey - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...