Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertslundi 29 septembre 2014 à 10h03

Les juges doivent vérifier le calcul du TEG


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

Le juge doit déterminer si le calcul du taux effectif global proposé par les parties est le bon. Il ne peut écarter un calcul sans l’avoir vérifier au prétexte qu’une partie n’est pas un professionnel.

En l’espèce, suivant offre préalable acceptée le 27 mai 2008, la banque a consenti un prêt de 160 000 € au taux effectif global de 5,46 %, ainsi qu’un prêt relais de 120 000 € au taux effectif global de 5,28 %, destinés à financer l’acquisition d’un bien immobilier.

Arguant d’une erreur affectant le taux effectif global de chacun des prêts, les emprunteurs ont assigné la banque en déchéance du droit aux intérêts.

Pour rejeter cette demande, l’arrêt retient que la démonstration d’une erreur affectant le taux effectif global de chacun des prêts en cause ne saurait résulter de la seule réalisation, par les emprunteurs eux-mêmes, d’un calcul complexe, pour un non-professionnel, d’équations mathématiques financières pour lesquelles il n’est nullement établi ni même allégué qu’ils disposeraient des compétences requises suffisantes pour s’y livrer alors même que le résultat diffère de celui dégagé par la banque, en sorte que l’analyse financière proposée ne saurait constituer la preuve de ce que le calcul du taux effectif global serait effectivement inexact.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Mais, en se déterminant de la sorte, par des motifs disqualifiant l’offre de preuve faite par les emprunteurs pour la seule raison qu’elle n’émanait pas d’un professionnel du chiffre, sans s’assurer que le calcul du taux effectif global ainsi proposé n’établissait pas l’erreur alléguée, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 312-33, L. 313-1, L. 313-2 et R. 313-1 du code de la consommation, dans leur rédaction applicable en la cause.

Cour de Cassation, 1ère Chambre Civile, 13 mai 2013 n°13-15151

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 13/10/2014 à 15:52 par Erreurdelabanque.fr

    Nous vérifions vos crédits immobiliers, http://www.erreurdelabanq ue.fr voir la vidéo de BFM. Nous sommes leader sur la contestation des crédits immobiliers. Je répond à vos questions au 06.01.71.39.91 Nous avons également un programme de parrainage.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...