Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsvendredi 25 septembre 2015 à 17h45

Un espoir de relance du bâtiment et de l'immobilier grâce aux primo accédants


Pascal Beuvelet

Biographie Président Fondateur d’In&Fi Crédits http://www.inandfi-credits.fr/ Promoteur depuis 1975, membre fondateur du réseau Century 21 en France, Pascal Beuvelet maîtrise l’immobilier et la franchise. Au fait des problématiques des particuliers dans le financement de leurs acquisitions immobilières, il s’ ...Lire la suite

« Lorsque le bâtiment va, tout va » mais avec 44 600 postes de travail en moins au 1er semestre 2015 et une augmentation de 2.4% des défaillances d’entreprises sur un an, c’est clair, rien ne va.

François Hollande a décidé d’envoyer des signaux politiquement positifs aux plus modestes qui veulent accéder à la propriété et aussi aux professionnels de la construction et du bâtiment dont les secteurs d’activité sont martyrisés depuis plusieurs années.

Les promesses avancées sont au nombre de 21 dont les deux principales sont à mes yeux celles qui profitent directement aux ménages les plus modestes qui veulent réaliser leur volonté d’accéder à la propriété. Il s’agit des primo accédants.

Tout d’abord l'APL Accession qui devait être fortement réduite en 2016 sera maintenue. C’est une bonne nouvelle car, économies obligent, le gouvernement avait prévu de réduire significativement cette aide à partir de 2016. Cette perspective était violemment critiquée par tous les professionnels d’un secteur immobilier en recherche de reprise. En effet, L’APL est un booster important pour les candidats à l’accession. En effet, un primo accédant qui emprunte 130.000 euros sur 30 ans, peut bénéficier d’une APL accession représentant 150 euros. Cette aide se déduit des mensualités variant en moyenne de 620 à 650 euros. Il s’agit d’une économie de 23% sur charge d’emprunt ! (source Crédit Foncier).

Pour moi, la mesure majeure concerne l’élargissement du prêt à taux zéro (PTZ+) réservé l'ancien intégrant la réalisation de travaux représentant à minima 25% du prix global. Je rappelle que l’accès à ce PTZ+ est confiné à 5920 communes du secteur C. L'objectif 2015 était de distribuer 70 000 PTZ+ par an, au lieu de 44 000 auparavant. Cet objectif ne sera pas atteint.

En 2016, l’éligibilité au PTZ + serait étendue dans 30 000 communes du secteur C. Il s’agit d’une extension considérable puisque les 30 000 communes concernées couvrent près de 90 % du territoire national et représentent 40 % de la population. En outre, il est question de ramener à 6 ans l’obligation d’occupation au lieu de 25 ans qui constituait une condition très pénalisante.

L’extension du secteur géographique d’éligibilité profitera directement à un beaucoup plus grand nombre des primo-accédants qui se logent en secteur rural pour des raisons strictement liées au prix de l’immobilier, que ce soit au niveau de la location que de l’accession. Il faut savoir qu’actuellement 46% achètent leur résidence principale dans des communes rurales et des villes de moins de 20 000 habitants. (Source Guy Hocquet).

Les avantages à venir sont identifiés :

  • • Le quasi quintuplement du nombre des primo accédants en capacité de pouvoir prétendre au PTZ +.

  • • Aucun surenchérissement significatif des prix puisque l’offre est confinée dans les zones non tendues ou l’offre est beaucoup plus large que la demande.

  • • Une augmentation du nombre des ventes qui profitera à toute la chaine immobilière et financière (Agences, Notaires, géomètres, diagnostiqueurs, courtier en crédits …)

  • • Un potentiel de création de 15 000 emplois dans le bâtiment puisque chaque PTZ+ génère en moyenne 50 000 € de travaux. (Source Comité interministériel aux ruralités)

Il est également bon de rappeler que les banques restent très positives sur le financement des primo accédants et particulièrement les banques provinciales, là où le marché est le plus important. Selon Séverine Fourrier, courtière chez In&Fi Crédits à Rambouillet, « Les primo accédants bénéficient d’excellents taux, surtout s’ils empruntent à deux actifs en CDI avec un minimum de 10% d'apport". Reste maintenant à connaître les modalités particulières définitives qui seront décidées car toutes ces dispositions seront inscrites au projet de Loi de Finance pour 2016.

Pascal Beuvelet
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...