Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertslundi 4 mars 2013 à 10h02

Vente : Projet d'acte ne vaut pas vente


Gabriel Neu-Janicki

Biographie Avocat à la Cour, fondateur du Cabinet NEU-JANICKI, il est membre de la Royal Institution of Chartered Surveyor et dispose du statut de mandataire en transactions immobilières (Chartered Surveyor - MRICS). Son cabinet intervient principalement en droit de l'immobilier et en droit de la construction ...Lire la suite

La vente n'est pas nécessairement rendue parfaite par l'élaboration d'un projet d'acte.

Peut rompre les pourparlers le vendeur qui adresse à l'acheteur un projet d'acte, sur lequel ce dernier appose des annotations sans le signer et demande un certain nombre d'éléments complémentaires et déterminants.

Un vendeur adresse au notaire de l'acheteur un projet de compromis de vente comportant des blancs, pour observations et signature.

L'acheteur y appose un certain nombre d'annotations, ne signe pas le projet et fait part de plusieurs exigences : un bornage afin de connaître les limites exactes du bien vendu, un plan de localisation d'une servitude, l'introduction de deux conditions suspensives et la fixation d'une date limite de réitération de l'acte de vente.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Face à ces demandes, le vendeur rompt les négociations en téléphonant à l'acheteur et au clerc de notaire.

L'acheteur considère alors qu'il s'agit d'une rupture abusive des pourparlers et que la vente doit être déclarée parfaite.

Or, la cour d'appel a notamment relevé que la demande de bornage formulée par l'acheteur établissait que les parties ne s'étaient pas encore accordées sur la chose vendue puisque sa contenance même était discutée.

Quant à elle, la Cour de cassation juge, au contraire, que le vendeur n'a pas abusivement rompu les pourparlers dès lors que les parties étaient encore en phase de pourparlers et qu'aucun accord n'était intervenu sur la chose et le prix.

Cour de Cassation, 3ème Chambre Civile, 29 janvier 2013 n°12-12155

Gabriel Neu-Janicki - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...