Baromètre
LaVieImmo.com
Baromètre samedi 30 octobre 2010 à 13h00

Immobilier : Nette hausse des prix de mise en vente


Les prix de mise en vente ont atteint un nouveau record à Paris
Les prix de mise en vente ont atteint un nouveau record à Paris
Les prix de mise en vente ont atteint un nouveau record à Paris (©dr)

Les prix de l’offre immobilière ont fortement progressé en octobre, selon l’indice LaVieImmo.com/SeLoger.com/JDD. Encore circonscrite à Paris et sa banlieue le mois dernier, cette tendance à la hausse s’observe désormais dans la quasi-totalité des grandes villes de France.

(LaVieImmo.com) - Les vendeurs reprennent la main. L’indice LaVieImmo.com-SeLoger.com-JDD, qui mesure chaque mois l’évolution des prix des biens mis en vente sur le site de SeLoger, a progressé de 1,07 point en octobre. L’indicateur, qui était stable depuis plusieurs mois, signe là sa plus forte progression depuis le début de l’année.

Record à Paris

Sans surprise, la hausse est vive à Paris, où les prix de mise en vente ont encore progressé de 2,2 % sur un mois, et atteignent un nouveau record de 8 505 euros du mètre carré. « En trois mois, les prix moyens affichés en agence ont augmenté de 3 %, et, sur un an glissant, la hausse atteint désormais 15 % », commente Roland Tripard, PDG de SeLoger.com. Et la tendance parisienne commence à se généraliser… On notera en particulier le cas de Strasbourg, où les propriétaires demandent 2 733 euros du mètre carré en moyenne, soit 3,3 % de plus qu’en septembre. Hausses, également, à Toulouse (+0,7 %, 2862 €/m²), Montpellier (+0,7 %, 2 904 €/m²), Lyon (+0,5 %, 2 723 €/m²), ou encore Lille (+0,4 %, 2 914 €/m²).

Contre la tendance, les prix de mise en vente se sont stabilisés à Nice (4 097 €/m²), et ont reculé de 0,3 % à Marseille (3 094 €/m²) et de 0,6 % à Bordeaux (2 914 €/m²).

Les dix plus fortes hausses des trois derniers mois :

  • 1) Albi : +6,54 %
  • 2) Amiens : +4,41 %
  • 3) Toulouse : +3,48 %
  • 4) Rodez : +3,46 %
  • 5) Cahors : +3,08 %
  • 6) Le Touquet : +3,07 %
  • 7) Paris : +2,54 %
  • 8) Auxerre : +1,66 %
  • 9) Toulon : +1,64 %
  • Arles : +1,39 %

Les 10 plus fortes baisses des trois derniers mois :

  • Le Havre : -3,80 %
  • 2) Nancy : -2,25 %
  • 3) Arras : -1,83 %
  • 4) Rennes : -1,69 %
  • 5) Troyes : -1,51 %
  • 6) Aurillac : -1,50 %
  • 7) Dijon : -1,31 %
  • 8) Besançon : -1,21 %
  • 9) Mont de Marsan : -0,94 %
  • 10) Gap : -0,87 %

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 19/11/2010 à 23:28 par Alea

    Cette hausse continuelle des prix à Paris (+ 3% en octobre 2010) est générale, touchant tous les arrondissements' or tous n'offrent pourtant pas un même attrait. On en vient à se demander s'il n'est pas préférable de payer trop cher pour la Butte Montmarte ou Le Mariais, que de payer trop cher pour des quartiers sans charme aucun.

  • 0 Reco 05/11/2010 à 10:34 par poilagratter

    bien sûr que ce sont avant tout les acheteurs qui font le marché! c'est pourquoi, vendeurs, medias, lobby et agents immobiliers ont intérêt à encourager les acheteurs à acheter à n'importe quel prix! et parler de pénurie généralisée ((alors que les 4/5e du territoire regorgent de biens invendus depuis deux ou trois ans même affichés à la baisse parfois spectaculaire!), c'est créer une psychose qui débouche à chaque fois sur la formation d'une nouvelle bulle...et là on reprend le même chemn depuis quelques mois....

  • 0 Reco 05/11/2010 à 09:30 par licopeau

    tout ça me fait doucement rire...A croire que le QI baisse dès qu'on vend un bien. Les français on mit 1 an à comprendre qu'il fallait baisser leur prix pour vendre mais il lui aura fallu seulement quelques semaines pour croire que les acheteurs se bousculent et qu'il est devenu le roi...J'en connais certains qui essaient de vendre depuis 3 ans et qui ne vont pas hésiter à monter leur prix. Moralité : le stock va recommencer à grimper et les prix vont rechuter en province dans les 6 mois. Quant aux agents immobiliers qui manquent de stock, à Paris certainement ainsi que dans les grandes villes mais en campagne, c'est à dire dans une grande partie de la France, on refuse des biens mais nous manquons de vrais vendeurs.

  • 1 Reco 04/11/2010 à 18:04 par fred

    pour Ravier: S'il ne se vend pas à 300 000 c'est qu'il vaut moins. C'est aussi simple que cela
    Pour le reste UFFA 92 décrit la réalité , la même que ce que nous observons à Lyon et cela n'a rien à voir avec un " lobby". Ce sont les acheteurs, les vendeurs et les taux des crédits qui font le marché

  • 0 Reco 04/11/2010 à 17:29 par ravier

    J'ai pas réussi à vendre mon appart à 300000 €.
    Vous avez raison les gars, je vais le mettre à 350000 €, il partira sans doute plus facilement !

  • 0 Reco 04/11/2010 à 16:04 par poilagratter

    Et c'est reparti......à peine annonce t'on une petite embellie du marché sur certains marchés où la pénurie est quasi permanente (Paris en premier, bien sûr), le tout relayé par l'euphorie du lobby immobilier lui même relayé par des medias à l'affût du moindre scoop, que tous les vendeurs se croient du jour au lendamin assis sur un tas d'or.....classique comme scénario.....jusqu'au prochain "rééquilibrage" forcé ....

  • 0 Reco 31/10/2010 à 09:44 par JEAN

    Qu'en est il des prix réels de vente?
    Vous annoncez des mises à prix qui augmentent et alors? vous jouez sur ces termes pour faire croire que les prix augmentent, mais le prix réel d'achat est important, le volume des ventes aussi et la capacité d'endettement des acheteurs, la solvabilité et ce ne sont pas les baisses de 0,1% des coûts de crédit qui offrent royalement une dixième d'euros qui vont inciter les acheteurs à se ruer sur des biens en vente

  • 0 Reco 31/10/2010 à 09:42 par Sans

    Influence : Les mises à prix augmenent, certes, mais quand un bien est en vente depuis plus d'un an, l'augmentation des msies à prix fait rêver le vendeur! encore faut il trouver un acheteur solvable.
    Les prix hauts favorisent les agences immobilières car leur com augmentent, mais dès que les ventes s'arrêtent, ils von venir pleurer que les banques ne jouent pas leur role, que les taux doivent baisser, que les acheteurs ne sont pas motivés...

  • 0 Reco 30/10/2010 à 18:42 par UFFA92

    Les agents immobiliers vous le diront, ils manquent de biens à vendre. Donc comme ce qui est rare est cher les prix montent. De là, à conclure que c'est pareil partout, il ne faut pas exagérer. Dans les villes "test" que je surveille (dans le 91) je trouve toujours les mêmes annonces qu'il y a un an avec pourtant des baisse de prix de mise en vente.

    Dernières actualités baromètre
  • Pas de news de ce type

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...