Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 17Paru le jeudi 1 mai 2008 à 00h00

Bayeux (14) Acheter près de la cathédrale


Surtout connue pour sa tapisserie, la ville offre des pavillons et des maisons de ville familiales pour tous les goûts.

Le centre historique est le quartier le plus demandé », estime Emmanuel Bernouis, de la Maison de l'Immobilier. Entre 200 000 et 250 000 euros, on peut y trouver des petites maisons de ville de 50 à 70 m2, sur des terrains de 50 à 100 m2. Dans le bas de la rue Saint-Jean, un bien de 65 m2 à rénover a trouvé preneur à 230 000 euros. Pour 1 500 à 2 500 euros du mètre carré, selon l'état, des appartements d'une surface de 60 à 80 m2 sont à vendre. « Ce sont des biens récents, créés lors de travaux de rénovation menés par des investisseurs qui défiscalisaient en Malraux », précise Frédéric Ollivier, de l'agence Century 21 Claude Ollivier.

Un afflux de petites surfaces qui s'est fait au détriment des grandes. « Il y a une vraie pénurie d'appartements familiaux de cinq ou six pièces », continue Frédéric Ollivier. Le neuf, cependant, s'échange très bien. Son prix moyen varie de 3 000 euros à 3 500 euros le mètre carré, alors que celui de l'ancien oscille de 1 300 à 2 500 euros du mètre carré. Des tarifs qui ont fortement augmenté ces dernières années, « mais qui aujourd'hui stagnent presque, indique Richard Duge, de Laforêt Bayeux Immobilier. Le marché est pourtant sain, ni les vendeurs ni les acheteurs ne manquent ».

S'éloigner du centre permet de diminuer la facture. Deux des quartiers de la ville - situés à l'extérieur du By-pass, le périphérique de Bayeux -, ceux du Jardin botanique et de la Reine Mathilde, sont constitués de lotissements pavillonnaires datant des années 1970 et 1980. « Ce ne sont pas des biens de grand standing, la construction date trop, décrit Richard Duge. Mais ils restent très demandés. » Un pavillon de 80 m2, avec garage accolé au voisin, sur un terrain de 300 à 400 m2, se vend 170 000 euros : sa version non mitoyenne de 100 m2, sur une parcelle de 600 m2, est évaluée, elle, à 220 000 euros. « Le quartier de la Reine Mathilde est un peu moins coté que celui du Jardin botanique en raison de sa proximité avec l'Argouges, un quartier populaire », souligne Emmanuel Bernouis. A l'intérieur du By-pass, il reste des pavillons des années 1960. Très datés, ils ne sont pas très prisés des acheteurs. Une maison de 70 m2 sur 400 m2 de terrain s'est vendue 190 000 euros.

Enfin, à l'extérieur de la ville, les villages environnants abritent encore des longères en pierre, très recherchées. La plupart ont été achetées et rénovées par des étrangers. Elles s'échangent à plus de 300 000 euros. « Sinon, les prix sont très variables, mais dans un cercle de 10 km autour de Bayeux on ne dépassera pas 2 500 euros du mètre carré pour une maison traditionnelle avec quelques travaux de rénovation à prévoir, indique Richard Duge. Les pavillons des années 1970 et les biens récents sont plus abordables. » La valeur des biens évolue différemment selon la position par rapport à la ville. « Au nord, les maisons sont plus proches de la mer, et à l'ouest, de Caen, précise Frédéric Ollivier. Elles sont plus chères - jusqu'à 15 % - que des biens similaires à l'est et au sud de la ville. »

Jean-Marie Benoist

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...