Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 14Paru le vendredi 1 février 2008 à 00h00

Belles maisons dans la vallée de l'Indre (36)


Cette partie de la région Centre, à seulement 250 km de Paris, est riche en propriétés à moins de 100 000 euros, souvent habitables.

La région ne manque pas de charme et les offres à moins de 100 000 euros abondent. Bien située, au centre de la France et à seulement trois heures de Paris, la vallée de l'Indre semble avoir été complètement délaissée par les grands acheteurs européens. Pas ou peu de Britanniques et de Néerlandais ici, alors qu'ils ont jeté leur dévolu sur le Sud-Ouest, la vallée de la Loire et même la Creuse. Résultat : les prix dans l'Indre sont bas, même pour des maisons en assez bon état et des grandes propriétés.

Bien sélectionner l'emplacement

« La bonne affaire à moins de 100 000 euros, ce n'est pas un produit rare, c'est notre quotidien ici, indique Cécile Mery, directrice de CM Immobilier à Buzançais, près de Châteauroux. Nos clients sont des Parisiens qui préparent leur retraite ou des couples qui réalisent leur première acquisition. Mais, dans cette tranche de prix, il faut souvent rénover. » Il s'agit le plus souvent de maisons de ville ou de fermes à la périphérie d'un bourg. Bien sûr, il faut faire le tri entre les bâtisses déjà habitables et celles pour lesquelles de gros travaux sont nécessaires.

Autant choisir une jolie petite bourgade, proche d'une autoroute et pas trop éloignée d'une grande ville. C'est le cas de Châtillon-sur-Indre, vieux village fiché sur une butte et coiffé par un donjon du xiie siècle dominant la vallée de l'Indre, petite rivière bordée de peupliers. Une situation centrale, à trois heures et quart de Paris (250 km) et trois quarts d'heure de Tours (62 km). « Je propose dans notre catalogue vingt-trois maisons dont les prix s'échelonnent entre 40 000 et 100 000 euros, frais d'agence inclus », revendique Ingrid Poulet, responsable de l'agence immobilière Les Araclays à Châtillon. Ainsi, une longère offrant 80 m2 habitables et 600 m2 de terrain, située aux portes de la ville, est affichée à 77 760 euros. Elle possède l'eau et l'électricité, mais il faut la rénover et refaire une partie des équipements sanitaires et la cuisine. Certaines offres partent rapidement, assure la professionnelle : « J'ai vendu pour 93 000 euros en quelques jours une petite maison datant du xixe siècle de 70 m2 en tuf, avec un terrain de 5 600 m2 descendant jusqu'à la rivière. Ancienne dépendance d'une fabrique de sabots, elle appartenait à des Britanniques. Elle était parfaitement habitable, sans rénovation ni coûts supplémentaires à prévoir. »

A vingt kilomètres, Cécile Mery a conclu la vente d'une maison de ville en pierre de 96 m2 habitables avec une cour arborée de 214 m2 ; l'électricité et les fenêtres ont été refaites. Le tout pour 84 500 euros. Un peu plus loin, à Heugnes, en pleine campagne, une belle longère construite en 1850, offrant 190 m2 habitables et 1 705 m2 de terrain, cherche preneur pour 85 500 euros. La toiture est en bon état et le bâtiment est déjà raccordé à l'eau et à l'électricité ; il faut toutefois prévoir 50 000 euros supplémentaires de travaux, notamment pour installer le chauffage et refaire les sols.

Vous pouvez aussi acquérir une maison pour réaliser un investissement locatif. Cécile Mery explique que « les petites surfaces sont difficiles à louer, mais, à partir de trois à cinq pièces, les produits sont très demandés. La location rapporte environ 500 euros par mois en moyenne pour un quatre-pièces et, le plus souvent, vous n'avez pas de charges de copropriété

G. N.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...