Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 10Paru le samedi 1 septembre 2007 à 00h00

Belvédères à Rennes


L'agglomération de Rennes Métropole n'a pas eu peur de se lancer dans la construction de logements sur onze étages. Une architecture qui choisit de voir et d'être vue.

Vigies, postes d'observation, belvédères sur la ville ? Les tours de logements d'Emmanuel Combarel et Dominique Marrec (agence ecdm) à Rennes prennent le parti de la visibilité. Voir et, pour une fois, être vu... Exister dans la ville en offrant aux habitants de l'espace et des perspectives répond au slogan de l'agglomération : vivre en ville, habiter dans un parc. Les deux immeubles de onze étages vendus par le promoteur Apollonia, filiale de Nexity, seront sans doute accompagnés d'une troisième petite tour conçue par l'agence Dusapin-Leclercq. Au total, 231 logements inscrits dans un ensemble plus vaste projeté sur la ZAC de la Courrouze, à cheval sur la ville de Rennes et sa voisine Saint-Jacques-de-La-Lande. Ce nouveau quartier comptera à terme plus de 4 000 logements neufs au parti pris affirmé : architecture contemporaine et densité, traduite ici par la hauteur des immeubles pour lutter contre l'étalement urbain, surconsommateur d'espace et énergivore.

Les tours de Combarel et Marrec sont posées sur un socle de deux niveaux de parkings et séparées par six maisons de ville de deux ou trois étages. Difficile de dire si elles se font face ou se tournent le dos car elles se développent en spirale : façade ? pignon ? Impossible d'identifier un côté plus noble que l'autre, chacune présentant sur quatre niveaux une avancée en porte à faux décalée d'une face à l'autre abritant de grandes terrasses. « On parvient ainsi à concevoir des espaces extérieurs, même pour les appartements dont les terrasses ou les loggias rentrantes ne sont pas les mieux orientées. Bénéficiant d'une double ou triple exposition, ils sont traversants et toujours ouverts par de grandes baies vitrées. La lumière pénètre loin à l'intérieur, la ville aussi. C'était notre souhait ».

Bien qu'empilés sur onze niveaux, les appartements sont conçus selon des plans très divers, une façon pour les architectes de répondre à la problématique de la tour de logements, a priori monotone et répétitive. « Nous ne voulions pas que les appartements ne soient distincts que par leur étage, poursuit Dominique Marrec. Chaque occupant pourra identifier sa fenêtre car elle sera placée différemment sur la façade, parce qu'elle disposera d'une terrasse... » Les deux architectes, connus pour leur choix minutieux des matériaux et le soin apporté à la mise en oeuvre technique de leurs idées, souvent avant-gardistes, ont cherché à donner à la façade l'aspect d'une peau blanche, grâce à un béton le plus lisse possible. L'intérieur des blocs-terrasses sera vraisemblablement coloré. Les appartements, à livrer début 2009, sont en vente sur plans depuis la fin de 2006, entre 2 600 et 2 900 euros le mètre carré

Catherine Sabbah

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...