Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 14Paru le vendredi 1 février 2008 à 00h00

Biens de caractère à Avignon (84)


Après une flambée des prix liée à l'arrivée du TGV, le marché se stabilise. C'est le moment d'investir dans le secteur sauvegardé.

En cinq ans, les prix de l'immobilier ont doublé dans la Cité des papes. L'avènement du TGV - qui met Avignon à deux heures trente-huit minutes de Paris -, un site et un patrimoine exceptionnels rehaussés par une politique volontariste de rénovation du centre-ville ont boosté la demande. Singulièrement bas au début des années 2000, le prix du mètre carré moyen atteint aujourd'hui 2 000 euros. Ce qui reste très raisonnable pour une ville historique de l'arc méditerranéen, surtout comparé aux tarifs de sa voisine Aix-en-Provence. Mais de fortes disparités existent entre l'intra-muros (de 2 200 à 3 500 euros le mètre carré) - avec le palais des Papes, les remparts et le pont Saint-Bénezet classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1995 - et les quartiers périphériques se trouvant plus ou moins loin du coeur de ville (de 1 500 à 2 500 euros le mètre carré).

Aujourd'hui, les prix sont stabilisés et c'est le moment pour l'acquéreur de trouver un pied-à-terre dans le secteur sauvegardé. Les rues situées à l'ouest de la rue de la République restent les plus recherchées, notamment par les retraités et les étrangers, alors que le quartier autour de la place Saint-Didier et des Halles ainsi que la place des Carmes attirent de plus en plus de jeunes familles. « Ce qui est demandé - et le plus difficile à trouver -, c'est un appartement de caractère dans un hôtel particulier, avec deux chambres, de la hauteur sous plafond, si possible avec terrasse et parking, dans les quartiers Balance, Banasterie et Vernet », souligne Betty Sérillon, de l'agence Orpi Terre et Pierre. Pour ce type de bien d'une surface de 100 m2, il faut compter entre 270 000 et 350 000 euros.

La valeur ajoutée d'un parking

A Avignon, l'emplacement est primordial, tout comme le parking, qui peut se monnayer de 12 000 euros pour une simple place jusqu'à 30 000 euros pour un box. « Dans un marché qui stagne, il faut quelque chose de plus, comme une terrasse, une vue sur le palais ou un charme exceptionnel », ajoute la professionnelle. Ainsi, un duplex de 107 m2 sans parking, mais situé au pied du palais des Papes, vient d'être acheté par un Irlandais pour 290 000 euros. Un pied-à-terre de 91 m2, dans une résidence moderne avec parking, a été cédé pour 255 000 euros.

Dans cette gamme de prix, si vous préférez le neuf, vous pouvez convoiter ce quatre-pièces de 89,6 m2, avec une terrasse de 43,30 m2 et un parking double dans une résidence en construction, Les Remparts, située près de l'université, à quelques mètres à l'extérieur de l'enceinte historique (plus aucune résidence ne se construit intra-muros), pour 314 000 euros.

Au-dessus de 400 000 euros, quelques biens de qualité apparaissent sur le marché, comme un appartement de 130 m2 avec 22 m2 de terrasse dans un superbe hôtel particulier, rue de la Masse, à 450 000 euros. Ou encore un duplex de 170 m2 dans une maison ancienne, avec terrasse, cour commune et box, à 455 000 euros. Vous devrez débourser 500 000 euros au moins pour accéder à la perle du secteur sauvegardé : une maison de ville de 150 à 200 m2 avec jardin. Mais faut-il encore qu'il y en ait à vendre...

Philippe Bridoux-Martinet

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...