Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 17Paru le jeudi 1 mai 2008 à 00h00

Cannes (06) Festival de prix sur la Croisette


La clientèle étrangère continue de se précipiter sur le haut de gamme, surtout avec vue sur mer.

Les prix continuent de monter, mais de moins en moins vite. En dix-huit mois, le rythme de croissance est passé de 15 à 5 % l'an », constate Alexandre Berger, de Century 21. Les professionnels sont unanimes : le vivier d'acquéreurs se réduit, notamment sur les produits sans cachet particulier. Et les délais de vente s'allongent. Pour faciliter les transactions, les propriétaires ont compris qu'ils ne devaient pas rechigner à baisser leurs prix de 3 à 5 % sur le tarif affiché. « Notre problème, ce sont les rêveurs qui s'accrochent à leurs prétentions », poursuit l'agent immobilier. Seuls les produits de haut de gamme sans défaut majeur (au bas mot 1 million d'euros !) trouvent facilement preneur. Il faut dire que certains étrangers fortunés (majoritairement britanniques, nordiques et de plus en plus de Russes) sont prêts à toutes les folies pour pouvoir faire leur cinéma sur la Croisette. Sur cette artère mythique, les prix démarrent à 9 000 euros le mètre carré pour un premier étage sans vue à retaper. Et pour ce tarif, il faut se contenter d'un immeuble obsolète sans balcon ni terrasse ! Si vous tenez à un espace extérieur avec vue sur la grande bleue, prévoyez un budget de 12 000 à 15 000 euros. Un 63 m2 - au-dessus d'un restaurant bruyant - s'est récemment vendu 810 000 euros. Et encore est-il situé à la pointe la moins cotée de la Croisette, vers le port Canto.

Près du prestigieux Palais des festivals, les prix peuvent dépasser 30 000 euros le mètre carré. Au troisième étage d'un bel immeuble avec piscine intérieure, gardien et salle de sport, un 80 m2 a changé de propriétaire pour 2,5 millions d'euros. Les plus beaux appartements du Relais de la Reine, construction des années 1990 avec accès privé aux plages, caracolent à 40 000 euros le mètre carré...

Les retraités en quête de résidence secondaire plébiscitent les commerces de la Banane (entre le Palais des festivals et l'hôtel Martinez et incluant la rue d'Antibes jusqu'à la voie rapide). Ici, les prix varient entre 7 000 euros le mètre carré (vers les loueurs de voitures du rond-point des Gabres) et 14 000 euros (au coeur de la rue d'Antibes, à proximité de la Fnac ou de l'hôtel Gray d'Albion). Idem dans le secteur résidentiel de la Basse Californie, où il faut compter 900 000 euros pour un 75 m2. Pour trouver moins cher (20 à 30 % environ), vous devrez vous rabattre sur la Croix-des-Gardes. « Le quartier est moins animé, mais on y trouve des vues superbes à 360°, et il va se valoriser », pronostique Valérie Rouzes, de Coldwell Bankers

Ariane Artinian

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...