Construction
LaVieImmo.com
ConstructionConstructionvendredi 13 mai 2016 à 17h45

Les promoteurs immobiliers dénoncent les "caprices" des maires


Les maires ont parfois des exigences surprenantes
Les maires ont parfois des exigences surprenantes
Les maires ont parfois des exigences surprenantes (©Pascal Guyot - AFP)

Les municipalités sont devenues très exigeantes dans leurs conditions d'octroi des permis de construire, au point de fixer des règles pour le moins très surprenantes. La Fédération des promoteurs immobiliers monte au créneau.

(LaVieImmo.com) - Les maires vont trop loin. En imposant leurs règles en matière de construction de logements, parfois dans l’illégalité, ils rendent la vie dure aux promoteurs immobiliers. Certaines municipalités demandent, avant tout dépôt de permis de construire, de s’engager en signant des chartes réputées contractuelles, mais qui en fait comportent des dispositions jugées abusives.

Ces dispositions peuvent par exemple imposer un maître d'œuvre, fixer la taille ou les caractéristiques des logements, mais aussi porter sur "les revenus des acquéreurs" ou encadrer les prix du foncier, portant ainsi "atteinte au droit de propriété" du vendeur du terrain, a déclaré hier la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) à l’occasion de la publication de ses ventes trimestrielles.

Accélération des dispositions abusives

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Un dialogue a été entamé avec ces municipalités. Toutefois, "il y a une accélération des dispositions abusives", a indiqué la FPI, réaffirmant son intention d'assigner en justice celles qui ne renonceront pas à ces dispositions selon elle "illégales", s'appuyant sur une expertise juridique commandée par ses soins. Parmi les villes dans le collimateur de l'organisme figurent Bordeaux, Nice, La Rochelle, Rennes, Tours ou Toulouse.

Certaines ajoutent dans leur charte une clause d’exclusivité concernant l’achat des logements à prix encadrés aux habitants de la ville, enchérit Le Monde. Elles formulent en outre des souhaits pour le moins surprenants: dans les copropriétés de Romainville, les parties communes seront éclairées par la lumière du jour, tandis que Nanterre exige un cellier de 4 mètres carrés pour 70% des logements, un WC séparé à partir de trois pièces ou encore des nichoirs à oiseaux, énumère le quotidien.

Toutes ces exigences augmentent les coûts de la construction d'au moins 20%, estime la FPI. Sans compter que "la plupart de ces villes ajoutent, à toutes ces contraintes déjà coûteuses, des prix de vente plafonnés, qui privent les promoteurs de la liberté de fixer leurs tarifs", précise le journal.

Avec AFP

J. M. - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...