Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 18Paru le dimanche 1 juin 2008 à 00h00

Coup de jeune aux Batignolles


Ce quartier s'embourgeoise et rajeunit à vue d'oeil. Les célibataires y trouvent des petits deux-pièces et les familles des surfaces de 60 à 70 m².

Les acheteurs qui veulent habiter aux Batignolles le font par envie, et certainement pas parce qu'ils recherchent quelque chose de rationnel », affirme Nathalie Baume, responsable de l'agence Century 21 Patrimoine 17 Batignolles. Ce quartier anciennement populaire, coincé entre les voies de chemin de fer de la gare Saint-Lazare et l'avenue de Clichy, a vu sa cote flamber depuis cinq ans. L'habitat est ancien et les immeubles en pierre de Paris, typiques du quartier, se succèdent dans les rues étroites gorgées de commerces d'alimentation, de boutiques de produits équitables, de bars et de petits restaurants. Les acheteurs trouveront très peu de beaux immeubles en pierre de taille ou haussmanniens.

Plus cher autour de la place de l'église

Très peu de bâtiments récents également. Mais le projet de réaménagement urbain de la friche ferroviaire située entre la rue Cardinet et les boulevards extérieurs, anciennement destinée au village olympique, devrait accroître l'offre de neuf. Ce programme prévoit notamment la construction de près de 3 500 logements dont la moitié sociaux, avec crèches, écoles et équipements sportifs. Douze mille nouveaux habitants sont attendus à l'horizon 2013.

Les petites copropriétés de trois et quatre étages sans ascenseur et sans parking sont donc nombreuses et, en moyenne, le mètre carré se négocie entre 6 200 et 7 200 euros.

Malgré ces inconvénients, le quartier attire toujours autant, « l'ambiance y est très chaleureuse, les habitants se connaissent tous et se retrouvent au square des Batignolles le samedi après-midi ou pour un brunch le dimanche matin », souligne Marie de Guerry, directrice de l'agence Village des Batignolles. Pour un budget compris entre 250 000 et 350 000 euros, les acquéreurs peuvent espérer trouver un des nombreux deux-pièces ou petits trois-pièces. Le haut de la fourchette se situe au coeur du quartier, autour de la place de l'église. Là, un appartement en bon état dépassera facilement 6 800 euros du mètre carré. Ainsi, rue La Condamine, un trois-pièces de 50 m² au premier étage s'est négocié 355 000 euros. A condition que le bien ait beaucoup de charme, quelques records pourront être atteints, comme pour ce deux-pièces de 35 m², rue des Batignolles, vendu 260 000 euros, soit plus de 7 400 euros du mètre carré.

« La plupart des primo-accédants achètent avec un apport important constitué par les parents ou les grands-parents, confie un agent immobilier. Ils peuvent donc se permettre un achat coup de coeur, car ils en ont les moyens. » Avec l'arrivée du premier enfant, les jeunes couples cherchent à s'agrandir : « Beaucoup de mes clients vivent déjà dans le quartier et recherchent un appartement plus grand pour pouvoir y rester », assure Nathalie Baume. Pour acheter un quatre-pièces avec deux chambres, il faut compter un minimum de 420 000 euros, sauf si le bien se situe dans la partie la moins prisée des Batignolles, autour de l'avenue de Clichy. Un 64 m² en parfait état, rue Jacquemont, a par exemple été acheté 405 000 euros. Pour une surface plus grande, les prix tournent autour de 500 000 euros, comme pour ce grand quatre-pièces de 74 m² au sixième étage avec ascenseur, rue Legendre, négocié à 500 000 euros

Marie Pellefigue

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...