Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 15Paru le samedi 1 mars 2008 à 00h00

Des atouts à reconsidérer


Sous forme de PEL ou de CEL, l'épargne logement ouvre droit à des prêts à taux avantageux, avec en prime un coup de pouce de l'Etat.

Comme son nom l'indique, l'épargne logement constitue une aide pour faciliter le financement d'un projet immobilier. Etre titulaire d'un plan épargne logement (PEL) ou d'un compte épargne logement (CEL) permet de bénéficier de façon quasi automatique d'un prêt à taux fixe. Contrairement aux prêts libres, ce crédit est strictement réglementé par l'Etat. Son montant dépend à la fois de l'épargne versée et de la durée de remboursement choisie. Plan et compte peuvent être utilisés ensemble ou séparément comme financement principal ou complémentaire.

L'épargne logement est tout-terrain. Elle sert à financer l'achat de la résidence principale située en France, neuve, récente ou ancienne (avec ou sans travaux) ; la résidence secondaire neuve pour l'habiter ou la louer ; un investissement locatif (neuf ou ancien) non meublé ; un terrain à bâtir ; une place de parking ou un garage (situés à proximité de la résidence principale), sans oublier des travaux d'extension, d'amélioration ou d'agrandissement de la résidence principale.

N'hésitez pas à recourir à ces produits d'épargne au long cours et surtout à les garnir régulièrement. L'épargne logement constitue une tirelire efficace pour une mise de fonds modeste (versement minimal de 450 euros par an pour un PEL), ou plus importante (dépôt plafonné à 61 200 euros).

Une phase d'épargne obligatoire

Au terme d'une période minimale de dix-huit mois d'épargne pour un CEL et de quatre ans pour un PEL, l'octroi d'un prêt épargne logement est un droit que le banquier ne peut vous refuser... à condition bien sûr que vous soyez solvable. Seul le titulaire d'un CEL ou/et d'un PEL peut demander ce prêt immobilier. En effet, au cours de la phase d'épargne, il a engrangé des droits à prêt. Il s'agit en quelque sorte de points qui s'accumulent au fur et à mesure que l'épargne gonfle et fructifie. Plus ces points sont nombreux, plus le droit à prêt est important. Rien n'empêche de faire une demande après la phase obligatoire d'épargne. Même après dix ans, durée au-delà de laquelle de nouveaux versements sont interdits, l'accès au crédit est encore possible. La durée de remboursement du prêt va de deux à quinze ans et le montant emprunté est plafonné à 92 000 euros pour un PEL et à 23 000 euros pour un CEL.

Et pour vous récompenser d'avoir thésaurisé durant plusieurs années, l'Etat propose des bonus. D'abord, le capital versé est rémunéré à hauteur de 2,25 % pour les CEL souscrits depuis le 1er février 2008 et de 2,5 % pour les PEL souscrits depuis le 1er août 2003. Ensuite, si vous décidez d'utiliser cette épargne pour financer à crédit une acquisition immobilière, l'Etat octroie une prime plafonnée à 1 144 euros pour un compte épargne et à 1 525 euros pour un plan épargne, ce qui fait grimper les taux d'épargne à respectivement 2,75 et 3,5 %. En contrepartie de ces avantages, les fonds logés dans un PEL sont indisponibles au cours de la phase d'épargne, sous peine de fermeture du plan. Plus souple, le CEL permet des retraits à volonté sans pour autant clôturer le compte, à condition de laisser un solde de 300 euros au minimum.

Un prêt à taux fixe non négociable

L'atout du financement de l'épargne consiste surtout à connaître à l'avance les conditions du crédit. Prêt réglementé par les pouvoirs publics, le taux d'intérêt annoncé est identique dans toutes les banques. Fixe, il est garanti le jour de la souscription et ne peut en aucun cas être négocié.

Ces dernières années, les taux des prêts de certaines générations de PEL se sont fait voler la vedette par des prêts libres plus attrayants : ces plans ne restaient avantageux que comme produits d'épargne. Avec la récente remontée des taux, l'épargne logement retrouve de l'attrait. Ainsi, un PEL dernière génération garantit un crédit à taux fixe de 4,2 % hors assurances, ce qui correspond à un bon taux chez les banques.

Personne ne sait à quel niveau se situera le taux des prêts libres dans quatre à cinq ans. S'ils continuent de monter, celui de votre PEL ou CEL (à ce jour déjà connu) sera peut-être inférieur à ceux du marché. Ainsi, il est toujours bon de disposer d'un tel produit, d'autant plus que les banques le comptabilisent dans l'apport personnel.

La demande de prêt doit s'effectuer au maximum une année après le retrait des fonds du plan et du compte. Il faut s'adresser à l'établissement dépositaire du compte ou du plan, ou auprès de la banque qui va accorder le prêt principal

Laurence Boccara

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...