Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 8Paru le vendredi 1 juin 2007 à 00h00

Deux ou trois-pièces dans le quartier Monge, Paris 5e


Situé dans un quartier riche en monuments, mais aussi en crèches et en écoles, la rue Monge attire aussi bien étrangers que jeunes familles et propose des prix en accord avec sa notoriété.

Percée haussmannienne au coeur de la capitale, la rue Monge, qui court de Saint-Germain-des-Prés jusqu'à la rue Mouffetard et Censier-Daubenton, en passant par la montagne Sainte-Geneviève, traverse l'un des quartiers les plus prisés de Paris. Vers le milieu de la rue, la place Monge (au niveau de la station de métro du même nom), avec son marché, participe au charme du quartier. Commerçante, elle est parfois bruyante dans la journée, tandis que les petites rues avoisinantes sont très tranquilles, et donc encore plus recherchées. Outre les crèches et les écoles qui attirent les familles, la Mosquée de Paris, le Jardin des Plantes, la Sorbonne ou les Arènes de Lutèce sont des sites particulièrement appréciés des étrangers, qui représentent près de un acquéreur sur cinq, selon les agents immobiliers.

Près de Saint-Germain et dans la majeure partie de la rue, les immeubles haussmanniens sont plus petits que leur taille classique : ils comptent bien les six étages traditionnels, mais les constructions devant être proportionnelles à la largeur de la rue, ils sont un peu plus bas que ceux des Grands Boulevards. Malgré cela, les prix sont à la hauteur de l'environnement. Celui du mètre carré dépasse aisément 8 500 euros, surtout dans les premiers numéros de la rue (du 1 au 16), rattachés par la carte scolaire au lycée Henri-IV. Et il ne faut pas compter sur des travaux à effectuer pour faire baisser ce prix. Ainsi, un appartement de 43 m2 est depuis peu en vente près de la place Monge, au 4e étage sans ascenseur, donnant sur cour, pour 8 300 euros le mètre carré. Un prix qui n'est pas jugé excessif pour le quartier, surtout que le bien possède moulures et cheminées et que les parties communes sont extrêmement bien entretenues.

345 000 euros pour un 45 m2

Vers le bas de la rue Monge, proche de la rue Mouffetard, les prix s'assagissent quelque peu : les deux et trois-pièces s'échangent autour de 7 700 euros le mètre carré. Il s'agit cependant d'immeubles plus modestes. Là encore, la demande est forte : « Les habitants sont très attachés au quartier et, quand ils décident d'acheter, ils ne cherchent pas plus loin, remarque Marc Sabellico, directeur de l'agence Immo Paris. Pour un deux ou trois-pièces, il fallait compter 7 200 euros le mètre carré à la fin de 2006 ; nous sommes à 7 700 euros en moyenne pour les premiers mois de 2007. » Selon lui, l'appartement classiquement recherché dans le quartier est un deux ou trois-pièces d'environ 45 m2, aux alentours de 345 000 euros. Ainsi, un trois-pièces transformé en deux-pièces (43 m2), au 5e sans ascenseur, avec parquet, moulures et cheminées, mais dont la salle d'eau donne sur la cuisine, a trouvé preneur en cinq jours à 325 000 euros, soit 7 758 euros le mètre carré.

En location, le déséquilibre entre l'offre et la demande est flagrant. L'offre est très faible : les loyers étant relativement homogènes à Paris, les prix d'achat élevés du quartier n'attirent pas les investisseurs. On trouve surtout des petites surfaces qui ne dépassent qu'exceptionnellement 30 m2, conséquence de la tradition étudiante de l'arrondissement. Au-delà, l'offre est inexistante. « Ce n'est pas une question de prix, soulignent plusieurs agents immobiliers. Il n'y a simplement pas d'offre »

Delphine Berenger

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...