Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 6Paru le dimanche 1 avril 2007 à 00h00

Deux-pièces et gros travaux à Montreuil (93)


Le centre de cette ville de Seine-Saint-Denis abrite des petits appartements nécessitant des travaux à des prix défiant toute concurrence.

Montreuil, c'est un peu le nouvel arrondissement de l'Est parisien. Commune populaire, elle est peu à peu investie par des Parisiens séduits par cette ville cosmopolite, un tantinet bruyante, mais qui possède un cachet particulier. Pour preuve, déambuler dans le capharnaüm des allées de son marché aux puces suscite toujours un curieux mélange de nostalgie et de fascination. Plusieurs critères ont poussé ces propriétaires exclus du marché de la capitale à y investir. La ville bénéficie en effet de nombreux équipements et de plusieurs zones commerciales. Elle est par ailleurs particulièrement bien desservie par les transports en commun et, côté desserte routière, l'autoroute A3 et le boulevard périphérique la mettent à dix minutes du centre de Paris et à vingt de l'aéroport de Roissy - Charles-de-Gaulle.

Côté immobilier, les prix sont encore accessibles et, si les lofts d'exception sont dorénavant des produits rares, des opportunités sont à saisir dans les petites surfaces. A condition toutefois de ne pas renâcler devant les travaux : 33 % des constructions datent d'avant 1949 et 47 % ont été livrées entre 1949 et 1974. Deux quartiers rassemblent la majeure partie des offres. D'une part, dans le centre-ville historique, autour de la mairie, nombre d'immeubles anciens, datant des années 1950, regorgent de studios et de deux-pièces. Ainsi, un studio de 18 m² au dernier étage avec les toilettes sur le palier est proposé à 65 000 euros. Le nouveau propriétaire devra toutefois y effectuer d'importants travaux. De même, un 19 m² à rafraîchir cherche preneur à 80 000 euros. D'autre part, le quartier jouxtant le métro Robespierre recèle également des biens de ce type à rénover, comme ce deux-pièces de 34 m² dont la mise à prix est fixée à 97 000 euros, ou cet autre, de 27 m², commercialisé à 99 000 euros, soit 3 670 euros le mètre carré, un prix légèrement supérieur à la moyenne de la commune

Nora Hamadi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...