Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 5 août 2011 à 09h56

Benoist Apparu répond au cri d'alarme de la rue


Benoist Apparu, secrétaire d'Etat au Logement.
Benoist Apparu, secrétaire d'Etat au Logement.
Benoist Apparu, secrétaire d'Etat au Logement. (©dr)

Face à la détresse des professionnels de l’hébergement d’urgence, le secrétaire d’Etat au Logement, Benoist Apparu, promet « huit assises interrégionales » à l’automne, dans une interview au Figaro. Ainsi que l’expérimentation dans dix territoires de son plan « logement d’abord ».

(LaVieImmo.com) - Après l’hiver 1954 de l’abbé Pierre, l’été 2011 du Samu Social. Le premier avait tout entrepris pour sauver les pauvres à la rue de la froideur de l’hiver, le second n’a aujourd'hui plus les moyens de subvenir aux premières nécessités des familles à la rue. La grève effectuée la semaine dernière par les professionnels de l’hébergement d’urgence a été l’expression finale de leur détresse. Face à ce tremblement de terre social, le secrétaire d’Etat au Logement, Benoist Apparu, a tenté d’apaiser leurs maux dans une interview au Figaro. Tout d’abord, il annonce « huit assises interrégionales [qui] vont être organisées entre septembre et décembre ». Tous les acteurs sociaux seront concertés afin d’accoucher d’idées fécondes en adéquation au plan « logement d’abord » du ministre. Pour rappel, ce plan vise à loger les familles non plus dans des hôtels pour quelques nuitées, mais au sein d’une habitation sur le long terme. Après les assises en régions, une assise nationale conclura les débats en décembre.

« Logement d’abord » expérimenté localement

Autre projet avancé par le secrétaire d’Etat, le lancement d’un « appel à projet pour dix territoires pilotes – départements ou agglomérations – dans la mise en place de la stratégie du "logement d’abord" , affirme-t-il. Dès le début du mois d’octobre, ils bénéficieront d’un fort soutien méthodologique à cet usage, insiste-t-il. Cette première étape permettra d’analyser de manière très fine les besoins, les réponses les plus adaptées et l’équilibre entre les différents types de prises en charge ». Ces initiatives du gouvernement vont-elles contenter les bénévoles du Samu Social et autres organismes concernés ? Rien n’est moins sûr.

Les revendications des acteurs sociaux assimilées ?

Pourtant, « en 2007, il y avait 90 000 places d’hébergement en France. Aujourd’hui, on en compte 115 000, constate M. Apparu. Et l’augmentation du budget a été d’environ 30 % ». Lorsqu’il est interrogé sur les revendications des professionnels de l’hébergement d’urgence, ce dernier explique que « ces tensions sont dues à la transformation du secteur avec la mise en œuvre de la politique du 'logement d’abord' […] Cette 'bascule' est parfois mal vécue sur le terrain ». Une affirmation péremptoire qui va sûrement ravir les acteurs sociaux qui arpentent les rues tous les jours.

Maxime Laurent - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 05/08/2011 à 14:43 par maurice sonne

    oh le prix de la baraque..oh oh oh le cout du credit ! si un jour les taux repassent la barre des 10, ouille ouille ouille mais amis, aux abris !

    http://www.pluzz.fr/dans- le-secret-de-l-immobilier -2011-07-31-02h20.html

    THIS IS THE END

  • 0 Reco 05/08/2011 à 14:20 par BUBULLE

    Les politiques ne seraient-ils pas trop payés pour demeurés aussi inefficaces ? Dans ce reportage : mêmes maux, mêmes causes, mêmes effets et même incapacité à intervenir : c'était en 1998 !
    (la dernière phrase du reportage anticpie de surcroît fabuleusement bien les années 2000 ; vive les années 10 .........)

    ALLEZ, matez moi ça :

    http://programme-tv.premi ere.fr/documentaire/dans- le-secret-de-l-immobilier

    http://programme-tv.premi ere.fr/documentaire/dans- le-secret-de-l-immobilier

  • 0 Reco 05/08/2011 à 14:12 par MisterHadley

    Le "chefaillon chef", c'est quand même lui qui te dit oui ou non in fine...

    C'es pour ça qu'il est important d'avoir un Ministre dans une logique de moyen terme, et pas des pantins interchangeables parce que tel ou tel ministère serait plus mieux que tel ou tel autre...

    Un homme, ou une femme... une vision...

    ;)

  • 0 Reco 05/08/2011 à 14:09 par MisterHadley

    L'inertie des 4 ans de délai entre une décision finançée et la réalité du terrain pour sa livraison n'est effectivement plus possible...

    C'est d'ailleurs pourquoi celles et ceux qui n'ont que "il faut construire plus de HLM" sont totalement dépassés par la réalité et n'ont, finalement, que dalle en stock à "proposer" au bon peuple qui attend, lui... ;)

    Message édité 05/08/2011 à 14:09

  • 0 Reco 05/08/2011 à 14:08 par BUBULLE

    c'est sûr jugeotte vous n'allez pas le critiquer, il détient la même formation universitaire que vous-même il me semble ! De toute façon, ce sont ses éuiqpes qui bossent, pas lui, lui c'est de la simple représentaiton, du marketing, de la com, c'est tout !

  • 0 Reco 05/08/2011 à 14:05 par jugeotte

    Il a l'air plein de bonne volonté ce monsieur, attendons son bilan....mais c'est vrai il faudrait juste qu'il accèlère un peu le mouvement !

  • 0 Reco 05/08/2011 à 14:04 par MisterHadley

    La fameuse "Maison à 15€"... ;)

    A l'époque, je faisais déjà mieux et sur moins longtemps, sans se compliquer de plus la vie juridiquement comme pour cette "maison", ni sans les contraintes du "bon vouloir" des maires puisqu'il fallait qu'ils acceptent de lâcher du terrain de chez eux, ce qui ne leur plaisait pas, évidemment...

    Je trouve que le Monsieur est tout à fait à sa place, moi...

    "Djeuns"... ;)

    Qui s'la raconte pas "ministre" à outrance...

    Et puis, s'il ne trouve pas lui-même les bonnes directions, on y veillera... ;)

    Message édité 05/08/2011 à 14:05

  • 0 Reco 05/08/2011 à 13:58 par BUBULLE

    Et bien si je ne m'abuse, il continue à faire le même métier : car il me semblait qu'il était jadis directeur de la Com dans une boîte...de toute façon, il ne peut pas être plus nulle à ce poste que Mme BOUT..non ? Avoir endetté des familles aux ptits salaires sur une période de 25 à 30 ans pour des maisons sans terrain, au moment où les aux étaient les plus faibles, ouha, ça c'était fort !!!!

  • 0 Reco 05/08/2011 à 13:25 par pongolo

    mon message precedent a été modéré et des termes ont été enlevés par le modérateur.
    C'est tout à fait le droit du modérateur et je respecte cela
    Parcontre je tiens à souligner que le texte tel qu'il a été retenu ne correspond pas à la totalité de ma pensée.
    Merci de ne pas "modérer" ce message on ne peut plus "modéré"

  • 0 Reco 05/08/2011 à 12:50 par pongolo

    tous ces beaux-parleurs diplomés de HEC and Co. qui ne mettent jamais les pieds dans la bouse de vache ni le métro et qui sont la gangrène et le malheur de notre pays ...
    Circulez ya rien à voir

    Message modéré 05/08/2011 à 12:59

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:53 par MisterHadley

    Au fait, un dernier détail, pour les retardataires qui n'auraient toujours pas compris les enjeux...

    En plus de l'aspect "économique" et "sociale" de l'immobilier...

    Si nous partons sur le chiffre d'un Français sur dix de mal logé, voir de pas logé du tout...

    Soit, grosso modo, 6 millions de personnes...

    ... ça fait combien de bulletins dans les urnes, ou pas, le "mal logement"..?

    Alors, il est évidemment temps de faire aut'chose que de simples "propositions", et surtout d'arrêter les bonnes blagues du type "augmentons de +50% le budget de la Culture"...

    ;)

    A+

    Message édité 05/08/2011 à 10:54

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:53 par Poluxx

    Il a les gars de la Fnaim à la bonne. l'est malin c sur !

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:35 par Bob Marley

    Même moi je plane moins que ce gars-là !

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:34 par MisterHadley

    Il sera "peut-être" là "après" 2012, donc...

    ... autant qu'il prenne dès maintenant les bonnes directions... ;)

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:33 par MisterHadley

    En améliorant la situation de ce public à 2000€, que l'on ne peut donc évidemment pas "taxer"...

    ... on améliore son "pouvoir d'achat", en version grave de chez grave... et sur le long terme en plus... ;)

    Et en améliorant son pouvoir d'achat ainsi, et sur le long terme, que va t-il se passer ensuite..?

    Bah il va s'la raconter grave, puisque sa situation "à 2000€", bien que l'on ne puisse lui augmenter son salaire de façon conséquente, mais vu que l'on ne peut le "taxer" plus en retour...

    Et comme on améliore, en version grave de chez grave, son pouvoir d'achat, bah il va donc utiliser ensuite ce "nouveau" pouvoir d'achat, en consommant donc plus qu'il n'aurait pu le faire sans une amélioration de sa situation immobilière, et donc, de sa vie...

    Et en consommant plus, et bien que ses revenus n'aient pas augmentés en numéraire, il fera donc tourner un chouia d'plus l'économie, générera donc de la TVA, entre autres, etc, etc...

    Ce qui fait que l'on a donc une très belle marge de manoeuvre malgré que l'on ne puisse, ni "taxer" ce public-là, ni lui augmenter son salaire...

    Et si on sort donc de l'équation ce public à 2000€, les publics en difficultés, ensuite, vont prendre le même essor en terme d'embellie...

    Voila, quoi...

    Enfin, moi j'dis ça comme ça, quoi...

    J'voudrais pas déranger, non plus, hein...

    ;)

    Message édité 05/08/2011 à 10:42

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:31 par Poluxx

    Mouais. Ce mec restera moins dans les esprits que Msieu l'abbé. Il est au logement ce que serait F. Amara à l'intérieur. Mais retenez bien ce faciès, vous le reverrez vraisemblablement aux solidarités.

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:25 par MisterHadley

    C'est un peu, finalement, comme cette fausse "bonne" idée de taxer les "riches"...

    C'est médiatique, c'est sûr, et c'est évidemment populaire à des fins purement électoralistes... mais c'est d'une rare inefficacité.

    Combien y a t-il de "riches"..?

    Combien y a t-il de "pauvres"..?

    Ces derniers ne sont-ils pas d'une écrasante supériorité numérique face aux "riches"..?

    Sauf que l'on ne peut évidemment pas taxer les "pauvres", mêmes si ça rapporterait tellement plus de pognon aux deniers de l'Etat...

    Voila donc, encore une fois, pourquoi la vraie cible à atteindre en terme d'immobilier, ce n'est biensur pas les "riches", mais ce n'est pas non plus les "pauvres", malgré ce que l'on tente de nous faire "politiquement" gober ça et là...

    Pour faire simple, si l'on ne peut pas "taxer" les "pauvres pas assez riches mais pas si pauvres que ça non plus", le noeud des 2000€...

    Et puisque celui-ci végète à 2000€, ce qui l'exclut de tout...

    Il faut se concentrer sur lui, et améliorer sa situation immobilière, tout bêtement...

    Message édité 05/08/2011 à 10:38

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:07 par MisterHadley

    Si ce public à 2000€ trouve enfin satisfaction, les publics en difficultés pourraient alors eux-mêmes entr'apercevoir une amélioration de leur vie en étant enfin logés en HLM...

    Le "noeud des 2000€" étant lui-même contenté, il améliore également ses conditions de vie...

    Il améliorerait ensuite à son tour, la consommation, et donc, à terme, l'économie nationale...

    Pas compliqué, tout ça, quand même, si..?

    ;)

  • 0 Reco 05/08/2011 à 10:01 par MisterHadley

    Il suffirait donc déjà de sortir ce public-là, le "noeud des 2000€" de l'équation, et le marché immobilier retrouverait alors une "distribution" beaucoup plus conforme à ce qu'il devrait être, plutôt qu'un engorgement à toutes les catégories sectorielles comme c'est le cas...

    En bref, rien de bien compliqué à comprendre, finalement... ;)

  • 1 Reco 05/08/2011 à 09:59 par MisterHadley

    Les logements "de longues durées" pour les "publics en difficultés", il y en à déjà pléthore : ce sont tout simplement les HLM.

    L'ennui, avec les HLM, c'est qu'ils ne remplissent plus, et depuis beaucoup trop longtemps, leur vocation, la première des choses serait déjà d'y faire un reset total, afin que ces logements "sociaux" ne soient donc plus indûment occupés par des "riches" quand leurs publics de destinations crèvent sur le trottoir.

    La deuxième priorité, c'est donc de s'occuper "des gens du milieu", c'est à dire, les "pas assez pauvres", mais "loin d'être riches"...

    Ce que j'appelle le "noeud des 2000€", celui qui est grillé partout...

    Les autres, au dessus, on s'en tape, ils sont assez grands pour se débrouiller seuls...

    ;)

    Message édité 05/08/2011 à 10:03

  • 0 Reco 05/08/2011 à 09:50 par midève

    Paroles, paroles; paroles et encore des paroles. A ce train là, on n'est pas encore sorti de l'auberge , ou plutôt on n'y est pas encore rentré!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...