Paris
LaVieImmo.com
Diverslundi 19 novembre 2012 à 15h42

Jeune à Paris : Diplômé, locataire et rêvant de changer de toit


Des jeunes particulièrement touchés par les problèmes de logementDes jeunes particulièrement touchés par les problèmes de logement (©dr)

Une enquête réalisée par l’Agence départementale d’information sur le logement (Adil75) montre que les jeunes qui résident à Paris aspirent à changer de logement.

(LaVieImmo.com) - Loyers, surface, problèmes d’insalubrité… La situation du logement est loin d’être idyllique pour les jeunes, comme révèle l’étude de l’Adil75, réalisée auprès de 500 personnes âgées de 18 à 30 ans. Principalement diplômés (90 % des répondants ont au moins le baccalauréat en poche, tandis que 34 % ont bac +5), les jeunes parisiens sont majoritairement des actifs, célibataires et sont à 84 % locataires de leur logement. 20 % des répondants sont étudiants.

Or, ce sont ceux-ci qui sont « confrontés à un inconfort plus important. Plus de la majorité ne sont pas du tout satisfaits de leur logement », souligne l’Adil75. Et alors qu’un étudiant sur deux réside dans un logement de moins de 20 m², « le coût et la taille du logement sont les principales raisons de leur insatisfaction ». Outre la cherté et la taille du logement (respectivement 51 % et 45 %), les jeunes font face à des problèmes d’humidité (44 %), de plomberie (38 %), ou se plaignent d'avoir des WC sur le pallier (11 %).

47,7 % de jeunes veulent partir

Plus mobiles que leurs aînés, 47,7 % des jeunes font part de leur souhait de changer de toit, à plus de 80 % pour une autre location. Un peu moins de la moitié pour une location vide, un tiers pour un logement social, alors que seuls 16,2 % choisiraient un meublé. Mais parmi les futurs accédants, 75 % « rencontrent des difficultés pour réaliser leur projet, compte tenu principale ment d’un manque d’apport personnel (44%) ».

49 % des jeunes indiquent vivre dans une surface inférieure à 30 m², et 3 % d’entre eux déclarent vivre dans un studio de moins de 9 m², taille en-deçà de laquelle un logement est considéré comme indigne et impropre à la location. A l’inverse, 5 % de chanceux vivent dans des surfaces supérieures à 70 m². Si un peu plus de 11 % ont opté pour la colocation, 5 % sont propriétaires de leur logement, rapporte l’étude. Sans trop de surprises, les deux tiers de ces derniers se disent satisfaits de leur logement, et indiquent disposer « d’une surface moyenne de 57 m² contre 33 m² pour les locataires », précise l’organisme.

André Figeard - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 27/12/2012 à 16:24 par Onaniste

    ils ne veulent même pas faire l'effort de s'endetter pour acheter un 25m² avec un crédit de 30 ans !

  • 1 Reco 19/12/2012 à 01:02 par AnonymouS

    Moi, j'aime bien le "sans trop de surprise" de la fin. J'aurais bien aimé savoir comment l'auteur l'explique, la logique comptable laissant envisager le contraire (un mètre carré à l'achat coûtant plus cher en traite qu'un mètre carré de location... Peut on me confirmer que l'exploitation la plus évidente que j'ai pu trouver, à savoir les très grandes inégalités de salaire y compris parmi les jeunes, et surtout, surtout le poids des inégalités de patrimoine au sein des familles. Et comme les deux me semble intimement corrélés dans notre beau pays... Ça donne ça: des jeunes qui triment chez Brothers and Brothers jusque pas d'heure pour payer 20 m², et d'autres qui se la jouent plus dilettante (pointu comprends, j'ai choisiun métier qui me plaît avant tout)bloque squatter l'héritage de grand mère.

  • 0 Reco 23/11/2012 à 14:01 par Onaniste

    et les 51% habitent dans plus de 30m² ... chez leurs parents

  • 1 Reco 20/11/2012 à 19:57 par Fredb

    La France est en train de se préparer un bel avenir économique...

  • 0 Reco 19/11/2012 à 18:27 par orzel

    "49 % des jeunes indiquent vivre dans une surface inférieure à 30 m2"

    Plus de la moitie des jeunes vivent dans plus de 30m2 alors ?? C'est pas mal du tout !

  • 1 Reco 19/11/2012 à 16:15 par Pigeons

    Etre jeune et aspirer à la propriété, c'est ça le principal non sens économique ! Mais notre pays de vieux rentiers nous conditionne tellement à l'achat!