Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversjeudi 21 juillet 2011 à 12h29

L'hébergement d'urgence au cœur des débats


113 000 personnes sont sans-domicile en France
113 000 personnes sont sans-domicile en France
113 000 personnes sont sans-domicile en France (©dr)

Après la publication de chiffres recensant la difficulté pour les hôtels d’héberger les sans-abri et la démission de Xavier Emmanuelli de la présidence du Samu social, les associations montent au créneau.

(LaVieImmo.com) - 685 116 personnes sont privés de domicile personnel en France et 113 00 d’entre eux sont sans-domicile, selon les chiffres publiés en janvier 2011, par la Fondation Abbé-Pierre. Et l'hébergement d'urgence a de plus en plus de mal à offrir un toit. L’Etat a réduit de 25 % le budget consacré au Samu social et Benoist Apparu, secrétaire d’Etat au Logement, a annoncé, hier sur France 2, le remplacement de 4 500 nuitées en hôtel par 4 500 places en logements temporaires. « Cette réduction se fera progressivement et les nuits en hôtels seront remplacées place pour place par de l’intermédiaire locative » affirme aux Echos le cabinet du secrétaire. De quoi exaspérer les associations. Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre : « On compte 1 500 logements en intermédiation locative disponibles, pour 350 000 demandes de logements sociaux en Ile-de-France. Dans ce contexte, il est scandaleux de couper les crédits des nuits hôtelières ». Ces chiffres traduisent « une forme de désengagement des pouvoirs publics et de l’Etat », déclare au quotidien Christophe Deltombe, président d’Emmaüs France.

La Ville et l'Etat se renvoient la balle

Benoist Apparu déclarait hier, dans Le Parisien, que la Ville se devait de trouver « un toit pour ces familles avec des enfants de moins de trois ans ou les femmes enceintes ». Dans un communiqué, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, réagit aux commentaires du secrétaire hier soir sur France 2 : « ne semblant pas réaliser l'urgence de la situation, [Benoist Apparu] n'envisage de recevoir les associations de solidarité qu'en septembre et de n'offrir des possibilités de logement aux familles qu'à la fin de l'année ». Et d'ajouter que les décisions du gouvernement ont « jeté plusieurs centaines de familles à la rue à Paris, mais aussi en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne ». Pour l'heure, la Ville s'est engagée à créer 2 000 places d’hébergement, dont 1 420 seraient financées par investissement.

Darius Kachani - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 21/07/2011 à 16:06 par gogo gadget maison

    ce jeu de yoyo entre la mairie de Paris et l'Etat n'est pas nouveau....et ne changera vraisemblablement pas de si tôt.

  • 0 Reco 21/07/2011 à 14:19 par antoine_lautre_le_vrai

    salut antoine (cest un autre que l'habitue), ben tu vois entre antoine on se comprend!

    paris plage cest de la connerie monumentale et du gaspillage d'argent public! Suffit de prendre sa bagnole, de faire 2h de route et a Dauville on a la vraie mer.

  • 2 Reco 21/07/2011 à 13:49 par MisterHadley

    Augmentons de 50% le budget de la Culture, et le problème sera réglé..!

    :D

  • 1 Reco 21/07/2011 à 13:37 par Antoine

    Est-il permis de faire une plage et de chateaux de sable le long de la seine quand on a pa s de logement pour ses administrés
    Après on se dit socialiste et posséder le monopole du coeur.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...