Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 6 mars 2009 à 15h49

La flambée des prix immobiliers a fait s’envoler le patrimoine des français


(©LVF 2007)

(LaVieImmo.com) - En dix ans, le patrimoine des ménages a été multiplié par 2.4. Selon la dernière étude du Conseil des prélèvements obligatoires (organe rattaché à la cour des comptes), « Le Patrimoine des ménages » datée de mars 2009, sur la période étudiée, la progression du patrimoine* a été plus forte que celle des revenus. Une augmentation spectaculaire due en grande partie à l’envol des prix de l’immobilier, principal actif de notre patrimoine.

Le rapport entre la richesse nette et le revenu disponible brut des ménages était resté stable sur la décennie 1987-97. En 1997, le patrimoine des français s’élevait à un peu plus de 3 800 milliards en euros courants, soit environ 160 000 euros par ménage. Fin 2007, il s’établissait à près de 9 400 milliards d’euros, soit plus de 380 000 euros par ménage en moyenne.

Une décennie recouvrant une phase complète de croissance des prix de l’immobilier « La décennie 1997-2007 a été marquée par des changements profonds de l’environnement démographique, économique et financier des ménages, avec des conséquences sur les comportements d’épargne », constate le Conseil des prélèvements obligatoires. Arrivée à la retraite des baby-boomers, accroissement de la longévité, etc. ont eu leur influence sur l’état du patrimoine. Mais plus encore, ces dix années sont marquées par une inflation basse et stable favorable à l’épargne, et par un assouplissement prolongé des conditions de crédit propice à l’endettement, profitant principalement à l’investissement immobilier. « L’atonie de la croissance du patrimoine net entre 1987 et 1997 était liée à l’effondrement du marché immobilier à partir de 1991, tandis que la décennie suivante recouvre à peu de choses près une phase complète de croissance des prix de l’immobilier, phase qui s’est poursuivie jusqu’en 2008 », explique le rapport. Les ménages ont pu continuer à acquérir leur logement en bénéficiant de la faiblesse des taux d’intérêt tout en allongeant la durée moyenne de leurs emprunts. Sur cette période, ils ont été plus nombreux à recourir au crédit immobilier, et pour des montants plus élevés.

La décennie 1997-2007, indique le rapport, restera pour cette raison comme une « phase d’augmentation exceptionnelle » de la valeur de notre patrimoine.

A.R.

* L’étude retient dans cette dénomination la « richesse nette », soit « l’ensemble des biens physiques ou matériels qui donnent lieu à des transactions à l’occasion desquelles se révèle leur valeur vénale ». Il s’agit donc de la composante « économique transférable du patrimoine ».

LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...