Divers
LaVieImmo.com
Diversmercredi 27 février 2013 à 18h30

"La question des réseaux de mandataires immobiliers à distance : de la passion à la raison"


Jean-François Buet, président de la FnaimJean-François Buet, président de la Fnaim (©dr)

Une tribune de Jean-François Buet, président de la Fédération nationale de l'immobilier.

La profession d'agent immobilier est agitée par l'émergence de réseaux nationaux d'agents commerciaux mandataires à distance. En fait, c'est l'entrée à la mi-2011 du holding personnel d'un grand industriel français au capital des deux leaders de réseaux de mandataires qui a mis cette forme d'organisation sous les feux de la rampe. Cet événement a en quelque sorte institutionnalisé un phénomène qui était jusqu’alors marginal ou anecdotique.

De quoi s'agit-il ?

Les agents immobiliers ont toujours recouru à deux statuts pour apporter le service à leurs clients : celui de collaborateur « négociateur » salarié et celui d'agent commercial, mandataire indépendant non salarié, qui oeuvre pour le compte d'une agence. Les réseaux qui se multiplient ont en quelque sorte systématisé le recours aux agents commerciaux, en n'utilisant que ce statut et en organisant le fonctionnement de leurs entreprises via des plateformes internet n’ayant pas de contacts directs avec leurs mandataires.

On comprend donc pourquoi il est opportun pour ces réseaux, d’entretenir l’ambiguïté entre les agents immobiliers traditionnels, obligatoirement dotés d’un diplôme et d’une carte professionnelle délivrée par une Préfecture, et les agents commerciaux immobiliers mandatés sur lesquels ils s’appuient.

J’ajoute qu’il n’y a qu’un pas à franchir pour tenter de classer la pratique traditionnelle du côté de l'archaïsme et les réseaux du côté du modernisme. Les réseaux eux-mêmes ont inventé un assez joli néologisme pour désigner les agents immobiliers classiques, "les vitrés", c'est-à-dire les professionnels qui ont pignon sur rue, comme on disait autrefois. Ceux-là exercent à partir d'une agence physique facilement identifiable et contrôlable avec des obligations d’affichage, tandis que les réseaux le font à partir d'un site, qui est une sorte d'agence virtuelle sans contrôle possible par les pouvoirs publics.

Dans les faits la plupart des agences utilisent largement l’internet depuis longtemps, disposant d'un site propre, portant leurs annonces sur un site national tel que celui de la FNAIM, ou achetant des espaces virtuels sur des sites commerciaux spécialisés. En somme, le traditionnel et le numérique cohabitent et se complètent au sein même des agences immobilières dites « vitrées ».

Il y a deux problèmes de fond, dont je sais que les représentants les plus honorables des réseaux ont une pleine conscience: celui de la compétence et celui du contrôle et de la sécurité du consommateur. La future loi de Madame Duflot devrait apporter des apaisements à ces deux inquiétudes majeures.

Concernant l'aptitude, des formations, comparables à celles qui pèsent sur les salariés, devraient bientôt être rendues obligatoires pour les mandataires indépendants – si toutefois le projet de loi fait droit à nos demandes en la matière.

La question de la sécurité et de sa maîtrise au sein de réseaux fédérant plusieurs centaines d'agents commerciaux indépendants, est plus délicate. En effet, pouvons-nous admettre dans l'intérêt de la sécurité du client qu'un agent commercial puisse exercer sous couvert d'un détenteur de carte professionnelle alors qu’il se trouve à cinq-cents ou mille kilomètres de ce dernier ? Je rappelle que l’agent immobilier doit être dûment assuré, garanti et justifier de sa moralité. Il est le seul porteur de l'autorisation d'exercer délivrée par la préfecture, et se trouve donc être l’unique responsable.

Il n'est que temps de dépasser la passion et de faire primer désormais la raison, qui dicte de se placer du côté du consommateur afin de lui offrir les meilleures garanties.

Le client n'a pas à s'interroger sur le statut ni sur le mode d'exercice du négociateur qui est en face de lui. Il doit lui être garanti la plus grande sécurité dans tous les cas.

Pour moi, le sujet des réseaux de mandataires immobiliers à distance, se doit d’être examiné en dehors de toute discrimination, dans la plus grande sérénité mais avec fermeté.

LaVieImmo.com
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 2 Reco 28/02/2013 à 23:01 par Patrick

    Comment parler de concurrence féroce monsieur Michel Mouillard quand on compare des auto entrepreneurs qui ne payent pas de tva, qui paye peu de charges, que la DGCCRF ne peut pas controler et qui engraissent des patrons de multinationales qui font de l'argent sans soucis. A compare avec des responsables d'agences qui prennent des risques et assument si ils font de mauvaises affaires.

  • 1 Reco 28/02/2013 à 20:38 par Gilles

    Bonjour à tous!
    Je recherche un réseau immobilier d'agent mandataire performant, c'est à dire qui fourni des outils pour développer mon CA (mes revenus).. en effet tous ceux que j'ai consulté CAPI, BSK, MAXIHOME, Propriétés.privé, ou SAFTI me promettent formations et suivi terrain (c'est un minimum), me disent qu'ils sont les meilleurs etc...
    Compte tenu que tous ont la même diffusion publicitaire, un book de présentation etc.. EN OUTRE ILS NE PROPOSENT RIEN de concret pour aider un agent mandataire à négocier le prix d'un bien à l'entrée du mandat!! ce qui est la base pour vous aider à convaincre un acquéreur ... au prix du marché!! et donc développer son Chiffre d'affaire.
    A mon sens ils dépensent beaucoup pour le recrutement mais très peu pour les agents mandataires en clientèle,car leur bénéfice est le loyers que nous leur donnons chaque mois..1000 agents à 400 euros, ça leur fait du 400.000/mois, soit 5 millions /an, vous avez bien lu!! .
    Connaissez vous donc un réseau qui propose des outils efficaces et concret pour rentrer des mandats au prix du marché?sans nous ambaucher à tout va et nous garder 3/4 mois a paye le package et nous laisser en rade, aprés avoir perdu nos droits au chômage.
    Le pire , c'est quand je sais que le patron de Capi et d'optimhome, c'est la même, Bernard Arnaud est parti en Belgique pour ne pas payer ses impôts.Ecoeuré, je suis.

  • 0 Reco 28/02/2013 à 16:43 par Serge REDON

    Chaque "mandataire" est en réalité une vraie "succursale" de l'agence principale titulaire de la carte professionnelle.

    Par exemple, dans les Pages Jaunes on trouve les "mandataires" à la rubrique "Agent Immobilier", ces mandataires ont une adresse, un numéro de téléphone, etc. Ils présentent pour les clients toutes les apparences d'une agence immobilière.

    En s'auto-désignant comme des "mandataires", ils entretiennent la plus grande confusion dans l'esprit des consommateurs. Puisque l’agent immobilier est le mandataire de ses clients (puisqu'il détient un mandat). Comment un consommateur peut-il s’y retrouver entre le vrai mandataire et le vrai-faux mandataire ?

    Les dispositions de la Loi HOGUET relatives à l'ouverture des succursales doivent donc être appliquées strictement, aux « mandataires » comme à toutes les formes de succursales, dans l'intérêt des consommateurs.

  • 0 Reco 28/02/2013 à 16:32 par pierre

    je conseille aux reseaux de mandataires d'envoyer des controle urssaf dans toute les agences locales principalement de la FNAIM
    Ils ont besoins d'une bonne leçon avec leurs agents commerciaux salariés déguisés.
    Seul les réseaux
    de mandataires respectent la législation sur les agents commerciaux sans liens de subordination.
    Sans les agents commerciaux 90 % des agences locales fermeront..
    A l'avenir aucun agent commercial ne restera en agence locale à un pourcentage ridicule.
    Le gouvernement a intérêt à réfléchir avant de mettre des milliers d'agents commerciaux à la rue sans chômage.
    Sans compter le manque à gagner pour l'état des charges payées par les agents.
    Le particulier n'a aucun risques à traiter avec un agent mandataire,car celui-ci a obligation de faire faire les compromis ou baux par les notaires des clients.
    Ce qui est rarement le cas dans les agences internes.
    Vous aurez de la difficulté a trouver des procédures des clients dans les réseaux.

  • 0 Reco 28/02/2013 à 09:59 par BSK Immobilier

    C'est en effet cela LAHOUPPE.
    Qu'il commence par faire respecter le statut aux agences classiques.

  • 1 Reco 28/02/2013 à 09:41 par lahouppe

    c'est pourquoi Monsieur Jean francois buet emploi des agents commerciaux dans ses agences dijonnaise, et leur fait payer un pack...
    Souvent les agent immobilier traditionnels utilisent le statut de l'agent commercial pour avoir des salariés déguisés afin d"échapper aux charges patronales...

  • 0 Reco 28/02/2013 à 08:57 par Bertrand Vallauris

    Quelle belle analyse!.Merci M.Buet de faire le point et de mettre le consommateur au centre des préocupations.

  • 0 Reco 27/02/2013 à 19:25 par BSK Immobilier

    Que devons nous faire des agents commerciaux en " agence vitrées " (salariat déguisé) ?
    A réformer, demandons à notre ministre la définition réelle de l'agent commercial immobilier.

    bskimmobilier.com

  • 1 Reco 27/02/2013 à 19:22 par Michel Mouillart

    Il devrait le dire clairement Mr BUET il y a une concurrence féroce et ça le dérange.