Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversmercredi 17 novembre 2010 à 15h08

Le mal logement gagne du terrain


Les familles à faibles revenus consacrent 40 % de leur salaire au logement
Les familles à faibles revenus consacrent 40 % de leur salaire au logement
Les familles à faibles revenus consacrent 40 % de leur salaire au logement (©dr)

Les inégalités face au coût du logement se sont creusées ces dix dernières années, selon l’édition 2010 du « Portrait Social » de l’Insee sortie aujourd’hui. Cette analyse est publiée alors même que la Fondation Abbé Pierre lance sa nouvelle campagne contre le mal logement, baptisée « carton rouge ».

(LaVieImmo.com) - La part que consacrent les ménages aux dépenses de logement (loyers, remboursements d’emprunt, charges) a augmenté ces dix dernières années. D’après le rapport, « les taux d’effort nets des locataires du secteur privé sont ainsi passés de 24,6 % en 1996 à 26,7 % de leurs ressources en 2006. Cette hausse des dépenses de logement a aussi concerné les locataires du secteur social et les accédants à la propriété». Ces dépenses se font plus lourdes pour les ménages à faibles revenus. « Les dépenses de logement captent près de 40 % des ressources des ménages à faibles ressources, accédants et locataires du secteur privé ». C’est cinq points de plus qu’en 1996.

Une hausse des loyers

L’augmentation des dépenses pour le logement est en partie due à la hausse des loyers depuis les années 2000. Le loyer au mètre carré a augmenté pour tous, des locataires à faibles ressources dans le parc social à ceux, plus aisés, dans le parc privé. Pour les locataires sociaux, l’alourdissement des dépenses de logement dans le budget (de 2,7 points) est lié à leurs revenus : ces derniers ont augmenté environ deux fois moins vite que ceux de leurs homologues du parc privé en l’espace de 10 ans. « Les dépenses de logement des locataires sociaux ont augmenté davantage que leurs revenus et davantage que les aides au logement, soit des dépenses nettes en logement en progression de 25 % en 10 ans ». On peut penser que le coût croissant du budget des ménages accordé au loyer est aussi dû à l’augmentation de la surface d’habitation depuis 1996 (+ 4,5 mètres carrés pour les faibles revenus et +2,5 % pour les autres groupes). Or, l’étude précise que l’évolution du parc de logements (qualité, surface, localisation, etc.) n’explique que 13 % de la croissance des loyers. L’essentiel de l’évolution est attribuée à une augmentation générale des prix.

Carton rouge pour le mal logement

La fondation Abbé Pierre, qui suit de très près ces questions avait publié début février un rapport annuel alarmant sur le mal logement. Elle a lancé le 16 novembre une campagne d’information et de sensibilisation sur cette situation qui touche 3,5 millions de personnes en France auxquels s’ajoutent 7 millions susceptibles à tout moment d’y basculer. L’opération « Carton-Rouge », parrainée par Éric Cantona et ses frères, rappelle les demandes de la Fondation comme avoir « un quota minimum de 30 % de logements à loyers accessibles aux plus modestes » ou « rendre le coût du logement abordable ».

Nastasia Desanti - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 18/11/2010 à 14:59 par acheter-louer.fr

    Très bon article.
    Vous pouvez également consulter notre dernière fiche pratique : les aides au logement :
    www.acheter-louer.fr/fich es-pratiques/louer/aide-l ogement-apl.htm

  • 0 Reco 17/11/2010 à 19:18 par Papy Mouzo

    oui c'est ça...
    et tous les HLM de luxe qu'on leur offre ?
    hein ?
    ce sont les contribuables qui les financent !!!
    et ils en ont marre de payer !

  • 1 Reco 17/11/2010 à 15:37 par BOGOSS-CYAN

    Hou lààààààààààà . Si l'outremangeur s'en mêle on est sauvés !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...