Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 9 novembre 2007 à 11h19

Les Anglais et le marché immobilier français


(LaVieImmo.com) - Les Notaires de France ont organisé en début de semaine une conférence de presse à Londres, afin d’expliquer aux médias anglais comment acheter un bien immobilier en France et leur présenter le rôle que joue le notaire, profession méconnue en Angleterre, dans une transaction immobilière réalisée de ce côté-ci de la Manche. L’occasion de faire le point sur la véritable passion des Britanniques pour l’immobilier français. L’une des premières conclusions de l’étude concerne le peu d’intérêt des Anglais pour les grandes agglomérations. Et principalement Paris, où moins de un appartement ancien sur cent vendus l’année dernière a été acheté par un Anglais (0.8%). La situation est comparable en Ile-de-France, où le taux se hisse péniblement jusqu’à 0.3%, toujours pour les appartements anciens ; il s’établit à 0.2% pour les achats d’appartements neufs et de maisons. L’étude montre au contraire la préférence des britanniques pour les zones rurales, à faibles densités de population et plutôt situées dans le Sud du pays. « C’est presque un cliché » note Luc Bestard, notaire à Auch et responsable de l’étude : « sans grande surprise, on constate que le Sud, et principalement les départements du Sud Ouest, reste le lieu d’accession préféré des britanniques ». Ainsi, 17.7% des maisons mises en vente en Dordogne en 2006 ont trouvé un acquéreur venu d’Outre-Manche. Le Lot et le Gers suivent de près avec des pourcentage de 13.5 et 12.9% respectivement. Le Centre est également très recherché (avec une part de 25.33% des transactions dans la Creuse), tandis que les départements les plus méridionaux restent à la traîne (1.86% pour le Gard). Autre caractéristique, les Anglais achètent moins d’appartements que de maisons, sauf dans les stations de sports d’hiver : 6.56% des appartements vendus en 2006 en Savoie ont été achetés par des Anglais, 5.16% en Haute-Savoie et 2.50% dans les Pyrénées. Luc Bestard met également l’accent sur le fait que les Britanniques ne conservent pas très longtemps les biens immobiliers qu’ils achètent en France. « La durée de détention de ces biens est finalement assez courte, note-t-il, plus courte que chez les Français ». Ainsi, la durée moyenne de détention est de 6 à 7 ans à Paris, et de 7 ans pour un appartement et 9 ans pour une maison dans le reste du pays. Que se passe-t-il au moment de la revente ? « On ne peut pas vraiment généraliser, mais dans de nombreux cas, un Anglais propriétaire d’un bien immobilier en France choisit de le revendre à un compatriote », explique Luc Bestard. « Généralement pour réaliser dans la foulée une nouvelle acquisition en France ».

LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...