Divers
LaVieImmo.com
Diversjeudi 8 novembre 2012 à 16h50

Mal logement : Le Secours catholique tire la sonnette d'alarme


La pauvreté gagne du terrain, aidée par la hausse des prix des loyersLa pauvreté gagne du terrain, aidée par la hausse des prix des loyers (©dr)

Un rapport publié par l’ONG s’alarme de la montée de la précarité en France depuis 10 ans. Le poste lié au logement devient aujourd'hui « le plus critique ».

(LaVieImmo.com) - Le Secours catholique fait part de ses vives inquiétudes, en observant dans un rapport une montée de la précarité dans l’hexagone sur une décennie. En grande partie, à cause du coût du logement, devenu poste de dépenses « le plus critique ». Les familles rencontrées par le Secours catholique, de plus en plus nombreuses et majoritairement locataires, ont particulièrement subi l’envolée des loyers.

« Entre 2001 et 2011 les loyers, déduction faite des aides au logement, ont augmenté de 44 % dans le parc HLM et de 49 % dans le parc privé, soit respectivement 25 et 30 points de plus que l’inflation », explique l'ONG. Si 59 % des personnes qu'elle a rencontré ont des impayés - une proportion quasi stable en dix ans - 39 % ont eu l’année passée « des impayés liés au logement (loyer, mensualités d’accession à la propriété) ».

Des ménages affectés par la hausse de la facture en énergie

Autre tendance alarmante : la précarité énergétique gagne du terrain et aggrave la situation. Sur cette période, « les impayés liés aux factures de gaz et d’électricité n’ont cessé d’augmenter ». De 32 % en 2001, le taux de ménages touchés s’est monté à 38 % en 2011. Une date qui coïncide avec l'inauguration de l'Observatoire de la précarité énergétique par la précédente ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.

L'an dernier, quelque 1 422 000 ont sollicité le Secours catholique, à la suite d'un impayé de loyer ou d'une impossibilité de trouver un logement. Près de la moitié (668 000) étaient des enfants. La part des familles est quant à elle passée de 43 à 57 % des bénéficiaires. Enfin, les personnes prises en charge par l'association ont aujourd'hui des profils très variés, allant des étudiants étrangers, à l'ex détenu retraité, en passant par le couple d’intermittents du spectacle, indique le groupement.

Son constat est sans appel : « Aujourd’hui avec la dérégulation du marché et à l’exception de quelques propriétaires solidaires qui constatent qu’ils ne peuvent plus augmenter indéfiniment les loyers, personne n’est à l’abri, contrat à durée indéterminée ou non, pension de retraite ou non », témoigne Bernard Baudry, responsable depuis quatre ans du logement à la délégation du Val-de-Marne.

Léo Monégier - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 12/11/2012 à 14:31 par MisterHadley

    Un excellent article dans la tribune, intitulé "Logement: l'Espagne au bord de la crise de nerfs" expliquera à l'antoine, notamment, ainsi qu'à tout adeptes du krach et d'la bulle qui pète qu'en réalité, lorsqu'il y a donc, comme en Espagne, pays qui, fort heureusement, n'a pas du tout les mêmes façons de fonctionner que nous en terme d'immobilier, un "krach" et "une bulle qui pète", non seulement, personne de celles et ceux qui l'attendaient comme seul moyen de se loger ne pourra le faire, mais ce serait de plus encore bien pire...

    Cet article vous le démontre en relatant simplement la réalité actuelle de l'Espagne sur ce sujet-là...

    Il serait donc temps d'envisager les VRAIS problèmes de l'immobilier, et non de continuer à endormir le bon peuple avec des niaiseries insipides...

    Des résultats, du concret, du tangible..!

    Maintenant, et pas dans cent sept ans..!

    ;)

  • 0 Reco 12/11/2012 à 13:54 par MisterHadley

    Certaines ONG reconnues sont plus qu'tiles, oui, mais très rares, et elles sont généralistes...

    Par contre, toute la kyrielle "d'associations" qui se grèvent sur la misère, qui ne vivent que sur les "dons" sollicités à outrance, etsur les subventions, tout ça pour ne brasser que du pur vent... voila, quoi.

    Noël approche, on est déjà innondés par les appels aux "dons" de ces charognards de la misère humaine...

    En attendant, on ne voit toujours pas l'ombre dun résultat sur le "mal logement"...

    J'attend l'annonce des inscriptions des Restos du Coeur, comme chaque année, vu que je les considère comme un excellent indicateur de la situation actuelle et réelle...

    Je m'attends d'ailleurs à un nouveau et bien triste record...

    Quand je lis que nos amis et partenaires économiques Allemands ens ont à s'inquiéter sérieusement de la politique actuelle chez nous autres, les Gaulois, je me dis que :

    1 - le "mal logement" va évidemment perdurer de très longues années encore en s'intensifiant...

    2 - le bon peuple va donc sécuriser au maximum tout ce qu'il pourra sécuriser pour son avenir, à commencer par son immobilier... et donc, les difficultés pour celles et ceux qui ne pouvaient donc toujours pas se loger jusqu'ici, bah ça ne s'améliorera aucunement à court et moyen terme...

    3 - 2013, la France présentera un très fort risque de "nous allons droit dans le mur"

    4 - Et 2013, c'est dans un grosmois et demi, seulement...

  • 0 Reco 12/11/2012 à 13:43 par Patwon

    Pour le coup je suis plutôt d'accord avec toi. Mais je suis un peu plus nuancé!
    Tout n'est pas à jeter dans les assoc!

  • 0 Reco 12/11/2012 à 13:33 par MisterHadley

    Pour moi, tout ça n'est qu'une incomensurable escroquerie intellectuelle de bas étages...

    Le terme "mal logement" lui-même n'est qu'un artifice de communication pour rendre la misère plus médiatiquement cosmétique...

    Et sa résolution ne dépend simplement que de la volonté des "responsables", et non d'argent, de budget, ou autres excuses habituelles...

    Alors, que celles et ceux qui affirment "combattre" le "mal logement" commencent donc par démontrer très concrètement le bien fondé de leur "action", parce que jusqu'ici, le bon peuple crève toujours en plus grand nombre sans que rien ne soit jamais résolu, très curieusement.

  • 0 Reco 12/11/2012 à 13:29 par MisterHadley

    Et au lieu de faire du "grand" patwon habituel, que penses-tu de l'article..?

    Tu as bien un avis sur la question du sujet, n'est-ce pas..? ;)

  • 0 Reco 12/11/2012 à 13:12 par Patwon

    Du grand MH comme on les aime...!

  • 0 Reco 12/11/2012 à 13:01 par MisterHadley

    Le "système associatif" qui prétend "combattre" le "mal logement" ne sert strictement à quedalle, sinon, à simplement en vivre...

    Plus il y a de misère, plus il y a de "combattants" de la misère, qui vivent de leur "combat"...

    Après toutes ces années "associatives", le résultat est le suivant: encore pire qu'avant, lorsqu'elles n'existaient pas pour la plupart..!

    A part quelques rares organismes, sinon, tout le reste, c'est du pipo vu l es résultats navrants, malheureusement.

    Alors, ces "associations" devraient tirer déjà le constat de leur lamentable échec, et entamer une réflexion de fond sur ne serait-ce que la pertinence de leur existance, vu leur efficacité plus que discutable...

    Les adeptes du krach et de la bulle qui pète se gargarise avec "regardez l'Espagne, etc, etc...3

    Bah en Espagne, une femme de 44 ans en est à proposer la vente de ses organes pour avoir un logement..!!!

    Maintenant..!!!

    CQFD

    Alors, tant que tout ce pti monde d'inutiles au vu des résultats qu'ils n'ont pas, pas de quoi la ramener du tout, là.

    La misère est malheureusement un business, preuve en est.

  • 0 Reco 12/11/2012 à 12:50 par Anne

    Euh, je suis pas sûre que le "mal logement" trouve sa cause dans le "système associatif". C'est un non sens total ce que vous dites. Mais je crois comprendre : vous êtes propriétaires de biens dans les "zones tendues", n'est-ce pas ?

  • 0 Reco 10/11/2012 à 08:16 par marc19

    Mais MH a raison , une kyrielle de permanents associatifs jouissent grassement de cette misère ................alors .

  • 0 Reco 10/11/2012 à 08:14 par marc19

    Ils font comme les papillons d'un jour ,ils sont attirés par la lumière ............... alors que dans nos campagnes , ils pourraient trouver mieux qu'un bout de trottoir crasseux et humide .

  • 0 Reco 09/11/2012 à 19:39 par Onaniste

    qu'est ce qu'ils foutent à Paris tous ces pauvres ?

  • 0 Reco 09/11/2012 à 19:02 par MisterHadley

    Mainteant, en tant que professionnel de l'immobilier, effectivement, la "solution", elle existe bel et bien...

    Et n'importe quelle "association" peut donc me contacter très facilement, comme elle peut le faire avec n'importe quel autre professionnel de l'immobilier...

    L'ennui, donc, c'est que pas mal de "responsables" ne veulent surtout pas que le problème soit résolu, justement, sinon, eux, n'ontplus de raison d'être, et de vivre sur cette misère-là, en faisant mine de "combattre" le "mal logement".

  • 0 Reco 09/11/2012 à 18:57 par MisterHadley

    @koar

    Je ne suis pas un de ces "responsables"...

    Poses toi également la question du bien fondé de toutes ces "associations" de "mal logés" qui, depuis toutes ces années où elles existent et "combatent", pourquoi dans la même durée de leur existance, le "mal logement" aura lui aussi augmenté...

    Plus il y a de misère, plus il y a "d'appels aux dons"...

    Mais plus il y a d'appels aux dons, plus il y a de misère...

    Alors, leurs "recettes", en plus de ne pas fonctionner DU TOUT, ne font qu'empirer la situation, et fait vivre toute une pléiades de "permanents associatifs"...

  • 0 Reco 09/11/2012 à 18:09 par koar

    @MisterHadley
    On écoute ta recette...

  • 0 Reco 09/11/2012 à 10:26 par MisterHadley

    Le "mal logement" pourrait être éradiqué en France, si les "responsable" le voulaient vraiment...

    Mais vu que la "pauvreté" est un très juteux business, évidemment, il ne l'est pas, et ne le sera pas de si tôt, au grand dam du bon peuple qui, lui, en subit seul les conséquences...

  • 0 Reco 09/11/2012 à 07:06 par marc19

    C'est faux , archi faux si on prend une moyenne nationale . Marre de nous faire croire que PARIS est la FRANCE .
    Reste plus qu'à loger gratis ...............alors .

  • 1 Reco 08/11/2012 à 22:28 par koar

    Loyers +45% mais rentabilité locative au minimum. Taxes +150% pour payer une armade de fonctionnaires... les responsables ne sont pas ce que l'on pense