Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversmardi 26 mars 2013 à 18h08

"Mandataire immobilier, un métier qui existe depuis 50 ans…"


Jean Lavaupot, président du Syremi
Jean Lavaupot, président du Syremi
Jean Lavaupot, président du Syremi (©dr)

Une tribune de Jean Lavaupot, président du Syndicat des mandataires immobiliers (Syremi), autour de cette profession remise en cause par certains aujourd'hui. Un métier qui, selon lui, ne date pas d'hier...

Si des réseaux organisés de mandataires immobiliers se sont créés il y a une dizaine d’années, le métier d’agent commercial ou de mandataire n’est pas nouveau… Cela fait près de cinq décennies qu’il existe.

Les agents immobiliers et les réseaux de franchise (ayant des boutiques) le savent bien, puisque près de 70% d’entre eux travaillent avec des mandataires. Qui sont ces derniers ? Un mandataire immobilier est un négociateur au statut social d’agent commercial (non salarié). Il est « mandaté » par un agent immobilier titulaire de la carte professionnelle, obligatoire pour réaliser des transactions. Le mandataire peut donc réaliser, sous contrôle de l’agent immobilier qui l’a mandaté, une recherche de clients (acheteurs et vendeurs), une expertise du prix des biens et toutes les opérations liées aux transactions : information des clients sur les droits et les devoirs de chacun (diagnostics techniques à réaliser par le vendeur, par exemple), marketing destiné à vendre rapidement le bien (publicité sur Internet, etc.). En revanche, pas question, pour lui, de faire signer un compromis de vente. Le mandataire doit obligatoirement faire signer cet acte par l’agent qui le mandate ou par un notaire.

Dans le cas des réseaux comptant plusieurs centaines de mandataires, c’est évidemment cette deuxième solution qui prévaut. Réalité du terrain, désormais : les mandataires attachés à des agences cohabitent avec leurs confrères attachés à un réseau national de mandataires. Mis à part une différence d’échelle dans la taille des structures, rien ne les différencie. Les agences en boutiques comptent quelques agents commerciaux quand les réseaux de mandataires en comptent des milliers, opérant sur tout le territoire. Les collaborateurs des réseaux de mandataires immobiliers sont-ils moins professionnels que les mandataires d'agences vitrées ? Nous ne le pensons pas. Les réseaux de mandataires adhérents du Syremi, qui regroupent des centaines de collaborateurs, se sont engagés sur une voie de formation exigeante : ils ont créé des programmes pour l'entrée dans le métier et pour l'actualisation continue des connaissances, qu'ils font suivre à leurs agents commerciaux. Ils qualifient ainsi leurs enseignes au profit de leurs clients vendeurs et acquéreurs. Ils contribuent aussi à corriger une réalité inquiétante : à ce jour, la durée moyenne de formation d'une agence immobilière en France est inférieure à une demi-journée par an... Encore cette moyenne cache-t-elle un clivage choquant : seuls 23% des agents immobiliers recourent à la formation, contre 77% qui ne se forment jamais et ne forment jamais leurs collaborateurs.

Le Syremi est né de cette volonté de professionnalisation et milite pour un plan d’intégration des négociateurs en 3 axes :

1/ Formation sur la base d’un socle commun de compétences ; une formation obligatoire pour tous les acteurs en transaction immobilière, qu’ils soient salariés ou indépendants.

2/ Certification délivrée par un organisme agréé, quel que soit le statut du collaborateur.

3/ Identification par la création d'un fichier central national des négociateurs certifiés, visible sur un site internet référent, rendant transparente l'identité du négociateur avant toute collaboration avec le client (acheteur ou vendeur).

Reste maintenant à savoir comment trouver les ressources suffisantes pour former et certifier la profession ? En clair, qui va payer pour pouvoir accéder à cette future certification ? Les organismes collecteurs pourront-ils absorber ces nouvelles charges ? Par qui seront agréés les certificateurs ?

Le Syremi appelle de ses vœux toute la profession à se retrouver sur ces valeurs pour apporter des réponses rapides avant que les pouvoirs publics ne s’emparent de la question et n’imposent leur solution.

LaVieImmo.com
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 06/12/2013 à 14:14 par immo lou

    Mouai , encore une fois un bon modèle économique , l'exploitation de chômeur avec le rêve immobilier . C est cool on vous laisse 80 à 90 % de la comm.!!! On a bien compris ce qui fait vivre un mandadaire ce sont les abonnements des agents manadataires. Mais attention de ne pas créer des situations dramatiques avec des agents sans ressources , ni chômage ...
    A surveiller sinon il faut stopper le systeme .
    D'autre part on souhaite du service et encore du service . Le professionnalisme dans l immo on a vite fait le tour (internet est un mine d info), et les annonces dans le bon coin ou Viva street tous le monde c est le faire ...;

  • 0 Reco 07/05/2013 à 15:21 par AgentMandataire.fr

    Tout est dit ...BRAVO !

  • 0 Reco 27/03/2013 à 17:01 par pierre

    Très bon article.
    A mon avis la formation doit être supportée par le bénéficiaire,à condition que ce soit abordable.
    Ce qui est certain c'est que ce doit être un organisme indépendant des pro de l'immobilier pour éviter les coup bas.
    IL est évident que actuellement les réseaux de mandataires forment beaucoup mieux les agents que les agences internes.

  • 0 Reco 27/03/2013 à 14:01 par taratata

    "Seuls 23% des agents immobiliers recourent à la formation, contre 77% qui ne se forment jamais et ne forment jamais leurs collaborateurs." d'un coté des épiciers de quartiers et de l'autre la grande distribution ...qui va gagner ?

  • 0 Reco 27/03/2013 à 13:58 par taratata

    le business model réseaux de mandataires est plutôt bon, ce sont surtout ceux qui l'exploitent qui devraient revoir certaines de leurs pratiques et surtout donner de réels moyens de différenciation a leurs mandataires en alliant formations de qualité, technologie de pointe et concentration de force de vente et là , il parait évident que les agents immobiliers en "boutiques" souffriront encore plus, la profession devra nécessairement s'adapter et trouver des solutions alternatives pour ne pas perdre leurs mandataires... aujourd'hui la plupart offre éventuellement l'aspect formations qu'il faut nécessairement récurrentes , mais pour les deux autres points ils sont très peu nombreux.. et seuls 2/3 commencent à se distinguer.. bouleverser les pratiques donner un coup de pied dans la fourmilière comme balayer les idées reçues d'un secteur qui en France notamment se bat pour rester contre toute logique traditionaliste... à l'heure d'internet..tous les secteurs y passent celui là n'échappera pas à la règle.

  • 0 Reco 26/03/2013 à 18:12 par antoine

    cest la gueguerre en ce moment entre mandataires et agents immobiliers... Il ya pénurie.... d'acquéreurs... lol

    quand il n'ya plus de moutons à bouffer, les loups se mangent entre eux..

    lol


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...