Divers
LaVieImmo.com
DiversDiverslundi 24 janvier 2011 à 14h44

Paris : Le projet de micro-antennes de téléphonie mobile piétine


Des micro-antennes de téléphonie mobile seront implantées dans la capitale
Des micro-antennes de téléphonie mobile seront implantées dans la capitale
Des micro-antennes de téléphonie mobile seront implantées dans la capitale (©dr)

Depuis un an, le projet d'implantation de micro-antennes de téléphonie mobile, lancé par le maire de Paris, stagne. L'objectif est de réussir à diminuer la puissance des antennes-relais. Afin de mesurer l'impact de ses micro-antennes, l'Etat a lancé une étude dans 17 villes en France.

(LaVieImmo.com) - L’année dernière, le maire de Paris Bertrand Delanoë avait annoncé le lancement d’un réseau de micro antennes-relais de téléphonie mobile au sein de la capitale. Elles ont pour but de réduire la puissance des antennes-relais, dont l’impact sur l'homme est controversé.

Cependant, « un an après, rien n’a réellement avancé », indique Le Parisien. Le projet est encore au stade de l’étude, comme le précise Jean-Louis Missika, adjoint au maire, dans un entretien au quotidien : « Nous attendons un rapport intermédiaire le mois prochain ». De son côté, l’Etat a mis en place sa propre étude dans 17 villes de France (dont le 14ème arrondissement de Paris), afin de tester la puissance de ces micro-antennes-relais sur le réseau.

Des opérateurs de téléphonie peu convaincus

Les opérateurs ne semblent pas conquis par ce projet. Un représentant de l’Afom, qui regroupe les opérateurs de téléphonie mobile, explique dans un entretien au quotidien qu’ « on ne connaît aucun réseau de micro-antennes qui fonctionne. De plus, pour remplacer les antennes classiques, il faudra installer des dizaines de micro-antennes et le mettre plus près des utilisateurs, qui seront plus exposés du coup ! ».

Denis Baupin, adjoint au maire de Paris et promoteur des micro-antennes, précise que l’implantation de ces antennes ne sera pas généralisée mais qu’elles seront combinées « avec les antennes normales pour baisser la puissance ».

Marie-Pierre Haddad - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 25/06/2011 à 08:27 par zorro

    boisneau est manifestement une officine payée par les operateurs pour repeter leur argumentaire il suffit d'un peu lire ses articles c'est une recopie a l'identique de leurs theses

  • 0 Reco 05/04/2011 à 19:12 par lambda

    J'ai lu l'article que vous désignez, selon lequel les scientifiques ne sont plus des scientifiques. De mon point de vue l'argumentaire est leger, et la démagogie bien présente.
    Le meilleur moyen d'avancer est de faire preuve de retenu dans le jugement.
    A mon avis, nous avons peut-être plus besoin de vrais sages, que de scientifiques, ou d'apprentis révolutionnaires.
    Pour revenir à la question initiale de BOISNEAU, mes commentaires et votre article mis en lien, s'accordent pour confirmer que les antennes existantes sont bien mesurées.

  • 0 Reco 04/03/2011 à 10:21 par jolascience

    des "scientifiques" ecrivent ca:
    http://www.agoravox.fr/ac tualites/sante/article/le s-antennes-relais-cimetie re-de-88812

    La science prise en otage par quleques apparachick ne dépend plus du contenu publié mais des qualités des signataires (argument d'autorité) ca devient risible comme principe scientifique.

  • 0 Reco 26/01/2011 à 18:35 par lambda

    Les antennes existantes sont controlées. Des mesures de niveaux de champs sont demandées par les collectivités locales sur des relais existants.
    Les mesures sont systématiquement en dessous des normes reglementaires.
    Si nos scientifiques sont bien des scientifiques, ce qui me parait être un postulat raisonnable, alors on peut se demander a qui profite la polémique ?
    Si nos scientifiques ne sont pas des scientifiques alors là, c'est que les policiers ne sont pas des policiers, que les épiciers ne sont pas des épiciers, et que les journalistes pas des jounalistes.
    Cela devient plus compliqué d'être rassurer et d'avancer.

  • 0 Reco 24/01/2011 à 18:32 par Boisneau

    Avant de commencer à mesurer "l'impact" de micro-antennes, ne faudrait-il pas commencer à mesurer l'impact des antennes existantes ? De deux choses l'une, soit il n'y a un impact et on a alors une raison objective de tester des micro-antennes ( ou baisser les puissances), soit il n'existe aucun impact, et parler de micro-antenne n'aurait pas plus de sens que cautère sur jambe de bois.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...