Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversmardi 4 janvier 2011 à 18h55

SeLoger.com prend des mesures contre Axel Springer


SeLoger ne veut pas se laisser prendre d'assaut à la Bourse de Paris
SeLoger ne veut pas se laisser prendre d'assaut à la Bourse de Paris
SeLoger ne veut pas se laisser prendre d'assaut à la Bourse de Paris (©dr)

SeLoger.com s’apprête à faire voter à ses actionnaires une résolution compromettant les chances de succès de l’OPA d’Axel Springer. Le groupe dénonce une nouvelle fois la tentative de « prise de contrôle rampante » du groupe allemand, qu’il incite néanmoins à relever le montant de son offre.

(LaVieImmo.com) - SeLoger.com fourbit ses armes contre Axel Springer. Sous le coup d’une offre publique d’achat (OPA) hostile du groupe de médias allemand, le spécialiste français des petites annonces immobilières annonce mardi que son conseil de surveillance, réuni hier, a décidé de convoquer une assemblée générale extraordinaire le 20 janvier prochain, « en vue de soumettre au vote des actionnaires un projet de résolution instaurant une clause limitative des droits de vote, fixée à 15 % des droits de vote attachés aux actions de la société. Cette clause deviendrait caduque dans le cas où un actionnaire détiendrait, seul ou de concert, au moins 50,01 % du capital ou des droits de vote de la société à l'issue d'une offre publique », précise un communiqué. En clair, si la résolution est votée, Axel Springer devra se contenter de 15 % des droits de vote du groupe s’il ne parvient pas réunir plus de la moitié de son capital au terme de son OPA.

Prise de contrôle rampante

« Cette modification statutaire s’inscrit dans l’objectif affiché par le conseil de surveillance d’empêcher toute tentative de prise de contrôle rampante de la société, poursuit le communiqué. Dans la note d’information qu’il avait adressée fin octobre à l’Autorité des marchés financiers (AMF) en réponse au projet d’OPA d’Axel Springer, SeLoger.com dénonçait le manque de transparence du projet, qui ne prévoyait aucun seuil de renonciation en deçà duquel l’offre serait déclarée caduque. Un point que le gendarme des marchés financiers n’avait pas retenu lors de son examen du projet. En donnant son feu vert à l’offre d’Axel Springer, l’AMF estimait en effet fin novembre qu’elle « ne comport[ait] aucun obstacle pouvant entraver le libre jeu des offres et des surenchères ».

Conditions satisfaisantes

S’il s’oppose farouchement à l’offre d’Axel Springer, SeLoger.com n’a en aucun cas l’intention d’« empêcher la réussite de toute offre publique qui serait libellée à des conditions jugées satisfaisantes par les actionnaires de SeLoger.com et acceptée par eux ». Un message clair adressé à Axel Springer, qui a fait savoir à plusieurs reprises depuis l’automne qu’il ne relèverait pas le montant de son OPA, libellée à 34 euros par action. Un prix que SeLoger n’a eu de cesse de dénoncer, estimant qu’il ne reflétait ni sa valeur intrinsèque ni ses perspectives de croissance…

Axel Springer détient déjà 12,4 % du capital de SeLoger.com, acquis auprès de certains des membres fondateurs du groupe. Ce dernier a à plusieurs reprises assuré bénéficier du soutien d’une majorité de ses actionnaires. On se souvient que le groupe Arnault, à la tête d'une participation de 9 %, avait fait savoir dès le mois de septembre qu'il n'apporterait pas à l'offre.

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...