Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversmercredi 24 août 2011 à 16h54

Train de vie de l'Etat : Apparu veut rester en première classe !


Le train de vie de l'Etat critiqué par Jean-Louis Borloo
Le train de vie de l'Etat critiqué par Jean-Louis Borloo
Le train de vie de l'Etat critiqué par Jean-Louis Borloo (©Wikimedia)

Les mesures dévoilées hier par Jean Louis Borloo, dans les colonnes du Parisien, pour réduire le train de vie de l'Etat a suscité de vives réactions chez les actuels responsables politiques. Pour Benoist Apparu, le président du Parti radical use trop de la démagogie.

(LaVieImmo.com) - Après l’idée de taxer les riches, cap sur les politiques ! Pas pour les taxer, mais pour réduire globalement le train de vie de l’Etat. C’est ce qu'a préconisé l’ancien ministre, Jean-Louis Borloo, qui a déclaré hier vouloir « qu’un effort visible soit fait sur les budgets de communication, les frais de bouche, les voitures de fonction des ministères et des grandes collectivités ».
Les réactions ne se sont pas faites attendre chez certains responsables… actuellement en place. Notamment Benoist Apparu, secrétaire d’Etat au logement, qui avait déjà entendu cette proposition sortir de la bouche du président du Parti radical « il y a deux ans ». « J’adore Jean-Louis, mais c’est un peu facile, commente-t-il au Parisien. Je ne suis pas convaincu que la démagogie soit la bonne réponse ».

Un salaire… mais aussi des avantages !

En optant pour un tel discours, Jean-Louis Borloo ne pouvait éviter ces critiques, reprises en chœur par les responsables politiques en place. « Si on baisse les salaires des Français, on baisse ceux des responsables politiques. Mais si on ne touche pas aux salaires des Français, on ne touche pas non plus au salaire des ministres et des parlementaires », renchérit Benoist Apparu, sans un accroc dans la voix. Se cantonner stricto sensu au salaire des politiques n’est pas une approche globale du train de vie de l’Etat.

Des salaires aux origines historiques, la corruption aussi

« Ce n'est pas par les revenus de chacun, mais par son train de vie qu'il faut évaluer sa fortune », écrivait Cicéron. L'origine des salaires élevés de nos responsables remontent à la fin du 19ème siècle, sous la 3ème République, afin d'enrayer toute tentative de corruption. Ce qui n'a en rien empêché la crise boulangiste à la fin des années 1880, et le scandale de Panama (1892-1893), où plusieurs parlementaires ont été mêlés à des affaires frauduleuses. Aujourd'hui, le salaire brut d'un ministre s'élève à 13 471 euros mensuels. Après, à chacun de juger...

Maxime Laurent - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 24/08/2011 à 17:29 par Ridicule ce Borloo

    Ce serait plutôt 20% qui serait un geste envers les français qui se crèvent à nourrir ces ministres qui font RIEN pour faciliter des citoyens mais plutôt inventent tous les jours des moyens pour punir, encercler et faire taire les contribuables. Et nous pauvres pommes votons pour ces types ? Nous ne sommes pas clairs non plus.

  • 0 Reco 24/08/2011 à 17:23 par petit louis

    Mais bien sur que M.Borloo a raison, Comment M.Apparu peut dire qu'on ne touche pas aux salaire des Français!!!!!Messieurs les Politiques oser, montrer que vous participez au redressement de la France, avec tout les avantages que nous Français on vous payent, oser diminuer votre salaire, Honte a vous Messieurs les Politiques!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...