Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversmercredi 27 août 2014 à 18h00

Tribune - "La loi Alur : Colocataire ou cotitulaire du bail ?"


La Fnaim explique la loi Alur
La Fnaim explique la loi Alur
La Fnaim explique la loi Alur (©dr)

Une tribune de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim)

La colocation a désormais une définition légale. On la doit à la loi du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur). Cette loi donne aussi aux concubins pacsés le droit à la cotitularité du bail d’habitation, jusqu’alors réservé aux couples mariés. Ces deux textes ont, pour les locataires comme pour les propriétaires, des conséquences directes que la Fnaim explique ici.

La colocation

C’est « la location d’un même logement par plusieurs locataires, constituant leur résidence principale et formalisée par la conclusion d’un contrat unique ou de plusieurs contrats entre les locataires et le bailleur ». Conséquence de cette définition, très large, il y a colocation dès lors que le logement est loué à plus d’une personne : des étudiants mais aussi les couples, qu’ils soient en concubinage simple, pacsés ou même mariés.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Bail collectif ou baux individuels. La loi Alur ouvre deux possibilités : faire signer à tous les colocataires un bail unique ou leur proposer à chacun la signature d’un bail individuel. En réalité, le propriétaire n’a pas toujours le choix. En effet, la conclusion de plusieurs baux individuels entraîne la division du logement en autant de parties distinctes dont chacune doit répondre aux normes légales de décence et de surface minimum.

Loyer applicable plafonné. La loi Alur limite la somme des loyers perçus de l’ensemble des colocataires au montant du loyer applicable au logement en application des dispositions légales. Si, par exemple, le logement est situé dans une zone tendue visée par l’encadrement du loyer, le total des loyers payés par l’ensemble des locataires ne pourra être supérieur au loyer tel qu’il sera fixé par le préfet.

La cotitularité du bail

C’est encore un peu plus complexe. Il s’agit du cas où une personne a signé seule un bail pour son logement avant de se mettre en couple, de se marier ou de se pacser. Avant la loi Alur, le droit au bail du logement qui sert effectivement à l'habitation de deux époux, quel que soit leur régime matrimonial et même si le bail a été conclu avant le mariage, appartenait à l'un et à l'autre des époux.

Ce droit au bail du logement a été étendu par la loi Alur aux deux partenaires liés par un pacte civil de solidarité, dès lors que les partenaires en font la demande conjointement au propriétaire. L’égalité de traitement entre époux et partenaires pacsés devient totale en cas de décès, mais non en cas de séparation.

Décès

En cas de décès d'un des époux ou d'un des partenaires liés par un pacte civil de solidarité, le conjoint ou le partenaire lié par un pacte civil de solidarité, survivant cotitulaire du bail, dispose d'un droit exclusif sur celui-ci sauf s'il y renonce expressément. S’il le souhaite, le survivant pourra donc demander à conserver la location pour lui-même.

Divorce

En cas de divorce ou de séparation de corps, le droit au bail pourra être attribué, en considération des intérêts sociaux et familiaux en cause, par la juridiction saisie de la demande en divorce ou en séparation de corps, à l'un des époux, sous réserve des droits à récompense ou à indemnité au profit de l'autre époux. La séparation d’un couple pacsé ne donne pas les mêmes droits à l’un ou l’autre des partenaires.

La rédaction des contrats de location complexifiée

Pour la Fnaim, la réglementation de la colocation et l’extension des droits des cotitulaires d’un bail d’habitation sont des dispositions qui vont dans le bon sens. Elles rendent toutefois plus complexe la rédaction du contrat de location. L’obligation au paiement du loyer par les différents locataires se trouve également modifiée dans certains cas.

C’est pourquoi la Fnaim attire l’attention des propriétaires sur la difficulté renforcée de faire signer un contrat de location sans l’aide d’un professionnel. Le recours à un agent immobilier ou un gestionnaire locatif adhérent de la Fnaim, par exemple, est vivement recommandé.

Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 28/08/2014 à 12:16 par vicky

    Bonjour, La loi ALUR (surfaces des chambres loués dans un même appartement, plafond des loyers, ...) est applicable à compter de quelle date ? Et pour les contrats signés avant cette Loi, qu'en est il ? Les chambres font 9 m² et autorisées sous l'ancienne Loi et les loyers étaient librement négociés. Faut il mettre fin aux contrats ? expulser les gens ? car la surface n'est plus en conformité avec la Loi ALUR. Où trouve-t-on la plafond des loyers ? Merci de répondre

  • 0 Reco 27/08/2014 à 18:44 par marc19

    Le choc de simplification !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...