Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversjeudi 23 décembre 2010 à 17h05

Urbania : L'ARC pose la question de la Sagim


Grigny 2, à Grigny
Grigny 2, à Grigny
Grigny 2, à Grigny (©Google View)

Affaire Urbania, suite ? Selon l’ARC, la Sagim, société qui gère la copropriété Grigny2, dans l’Essonne, dans le périmètre du groupe jusqu’à l’automne, serait au bord de la liquidation judiciaire après avoir été mise de côté par IPE, le repreneur d’Urbania.

(LaVieImmo.com) - L’avenir est sombre pour Grigny2. Sagim, l’administrateur de biens en charge de cette copropriété de la ville de Grigny, dans l’Essonne, risque d’être mis en liquidation judiciaire. Selon l’Association des responsables de copropriétés (ARC), celle-ci pourrait être prononcée « dans les semaines ou les mois qui viennent », et « la probabilité pour les copropriétaires de retrouver 100 % » de leur dépôt serait alors « très faible ».

Coquille vide ?

Avec ses 4 985 logements pour environ 15 000 habitants, Grigny2 est l’une des plus grandes copropriétés de France, voire d’Europe, au coude à coude avec Parly2 (18 000 habitants). « C’est probablement aussi la plus dégradée de France », note un observateur, qui voit là l’origine de la probable mise en liquidation prochaine de Sagim. Car l’administrateur de biens fait partie des 121 sociétés du groupe Urbania que le fonds d’investissement IPE (Investors in Private Equity) n’a pas repris quand il a été désigné par le tribunal de commerce de Nanterre, à l’automne dernier, pour racheter le troisième réseau de syndics de France. « Compte tenu des difficultés que rencontre la copropriété de Grigny2, il n’est pas étonnant qu’IPE ait préféré laisser la Sagim de côté », poursuit la même source. Philippe Nguyen, le président d’IPE, se défend d’une telle accusation. « Les 121 sociétés non reprises sont des coquilles vides, purement financières et sans salarié, indique-t-il à LaVieImmo.com. Elles n’avaient pas vocation à être reprises, et il était prévu dès le départ qu’elles seraient mises en liquidation amiable [par opposition à la liquidation judiciaire, NDLR] ». Interrogé sur le cas précis de la Sagim, le dirigeant affirme ne pas savoir qu’elle était au périmètre d’Urbania. « Peut-être s’agit-il d’une société holding ayant une participation dans la Sagim… », ajoute-t-il.

Pour l’heure, la gestion de la Sagim a été confiée, en même temps que celle des 120 autres sociétés non reprises par IPE, à Didier Ségard, administrateur judiciaire, nommé mi-novembre en qualité d’administrateur provisoire par le tribunal de Commerce de Nanterre. Selon nos informations, des négociations sont en cours avec deux ou trois éventuels repreneurs, afin d’éviter la liquidation. A suivre…

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 27/01/2011 à 21:23 par Sunsiaré

    Le 24/12/2011 Isabelle affirme que tous les syndicats gérés par la SAGIM ont des comptes séparés. Oui ils ont des comptes séparés mais la SAGIM étant le seul gestionnaires les mélanges beaucoup, par exemple elle facture des dépenses à celui dont le compte est le plus remplit.

    Les subventions nous direz vous? eh bien IMPOSSIBLE de les contrôler, d'avoir un décompte par copropriétaires.

    Le G.I.P. et la CALE se font verser par la SAGIM 60.000 €uros par an, sans vote en assemblée générale.

    Comment appelez vous pareille pratique???? La présidente dont le mandat n'a pas été reconduit a toujours été de connivence avec la SAGIM, elle refusait que les copropriétaires contrôle les comptes, nous avons ses écrits.

    Quelle sanction mérite t-elle???

  • 0 Reco 27/01/2011 à 11:54 par Sunsiaré

    Depuis des années la SAGIM et le président du conseil syndical principal ainsi que des membres de ce conseil syndical, refusent aux copropriétaires de contrôler les comptes de la SAGIM.
    De ce fait des notes de restaurants, d'alcool, des frais de voitures, des honoraires supplémentaires pour le Syndic, des frais d'Avocats exorbitants, des syndicats qui s'assignent entre eux, IMPOSSIBILITE de pouvoir contrôler les comptes travaux et les subventions allouées etc...etc...
    C'est la BRIGADE FINANCIERE qu'il faut mettre sur cette copropriété, saviez vous que la Mairie a voulu faire interner un copropriétaire afin de le faire taire car ce copropriétaire dénonçait les comptes inexacts? La Mairie a construit une école sur un terrain de la copropriété inconstructible, elle branche sur la chaufferie de la copropriété des immeubles et ce sans indemniser la copropriété, et ce toujours avec l'accord du syndic SAGIM etc...etc...

    Les charges de la copropriété ne sont pas réparties légalement, tous les appels de charges sont erronés,ils ne correspondent en rien avec l'acte de vente signé chez le notaire.

    Dommage que la gestion fut faite par la SAGIM, car nos appartements sont formidables

    NOUS LUTTONS TOUJOURS merci à vous lecteur de nous aider dans notre lutte.

  • 2 Reco 24/12/2010 à 12:38 par MisterHadley

    La gestion, depuis sa création, de cette copropriété est à la limite de la légalité, de par sa conception juridique, source depuis toujours de maintes dérives...

    Tout le monde le sait depuis longtemps, des études l'ont déjà démontré...

    Mais quand on a 8 millions de budget annuel pour un syndicat principal, plus l'ensemble des autres budgets des syndicats secondaires en plus, ça attire surtout depuis toujours la cupidité...

    Grigny, et sa copropriété, a toujours été une pompe à pognon, une "vache à lait"...

    La vraie question a se poser serait plutôt où aura toujours été ce pognon, qu'il soit privé (celui des copropriétaires) ou qu'il soit public (celui des subventions sollicitées et biensur obtenues des pouvoirs publics)...

    Je plainds sincèrement l'éventuel "repreneur"...

    Lorsque l'on rachète une entreprise, on rachète également toutes les em...des qui vont avec, et, encore une fois, là, c'est un festival...

    Message édité 24/12/2010 à 12:40

  • 1 Reco 24/12/2010 à 12:31 par basquais

    Oui, MH. Mais en fait, si je copmprends bien, ce syndic gère des milliers de lots. Comment cela est-il possible tout seul?

  • 0 Reco 24/12/2010 à 12:20 par MisterHadley

    Mais il faudrait voir la probité de ces comptes, leur légalité, et les abbérations de ce qui est "voté", c'est un concentré de tout ce que l'on doit redouter en terme de "carence", voir d'incompétence pour rester light, dans une copropriété...

    En fait, c'est un vrai festival...

    Et ce n'est pas d'aujourd'hui qu'il en est ainsi...

    ;)

    Message édité 24/12/2010 à 12:21

  • 1 Reco 24/12/2010 à 11:18 par isabelle

    Attention à ce que dit l'ARC, tous les syndicats gérés par SAGIM ont des comptes bancaires séparés

  • 0 Reco 24/12/2010 à 10:17 par fede

    Urbania bis repetita ? we'll see....

  • 4 Reco 23/12/2010 à 18:20 par MisterHadley

    Il y a un site dédié à Grigny2...

    Rajoutez juste ".fr" et les intéressés comprendront les vrais problèmes de la copropriété...

    Qui n'a jamais été dans le rouge, sauf que chut, faut pas l'dire...

    ... sinon, point de subventions publiques... et les dérives scandaleuses qui vont historiquement avec... ;)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...